Culture
09:56 3 février 2021 | mise à jour le: 3 février 2021 à 09:56 temps de lecture: 4 minutes

Tordus: rire de tout sans limite

Tordus: rire de tout sans limite
Photo: /Photo gracieusetéLes deux rigolos ne sont pas ainsi dans la vraie vie, tiennent-ils à préciser.

HUMOUR. Tannés de ne rien pouvoir faire au début de la pandémie, les amis Félix-André St-Pierre-Bouliane et Pierre Beaulieu ont décidé de créer des sketches et des mèmes en avril dernier. Depuis, le nombre d’abonnés de leur page Facebook Tordus ne cesse d’augmenter. Leur mantra? Rire de tout dans un style d’humour grinçant et abrasif.

«En avril dernier, mon ami Pierre venait de s’acheter une caméra. J’avais toujours voulu apprendre à faire du montage. On s’est dit que ce serait le fun de faire des sketches à deux», explique Félix-André.

En mettant en scène deux mésadaptés pris dans un monde de drogue, incarnés par eux-mêmes, Félix-André et Pierre tournent en dérision tous les sujets, et tout le monde. «J’aime rire de pas mal tout le monde. Notre humour est cinglant et noir, mais aussi parfois social et engagé. On ne voit presque jamais de mésadaptés, ou quand on en voit c’est pour les rabaisser, explique Félix-André. Ces deux bouffons-là qu’on joue, dans la vraie vie on n’est pas comme ça. C’est de la création», précise-t-il.

Divertissement

Félix-André St-Pierre-Bouliane s’occupe principalement des mèmes, dont le travail de scénarisation s’apparente pour lui à celui de la bande dessinée. «J’aime beaucoup l’actualité. J’essaie de trouver une joke par rapport à ça. C’est un travail d’humoriste, j’en suis devenu un malgré moi», s’amuse celui qui a autant joué du drame que de la comédie par le passé. Il considère d’ailleurs que leur page Facebook est une page de divertissement.

Si le duo s’amuse à rire autant des complotistes que de la gauche, de la droite, ou encore des handicapés, c’est parce qu’ils veulent qu’on puisse rire de tout, sans pour autant connaître leurs vraies opinions. «Mon but n’est pas de blesser. Mais oui, on va loin, et je dis souvent à la blague : quand va être notre première poursuite? C’est vrai que des fois, les gens s’offusquent pour un oui ou pour un non. Mais je n’ai rien à perdre, alors je me suis dit : on peut-tu rire un peu? On y est donc allé all in. Quand on rit des handicapés ou des drogués, on ne rit pas d’un en particulier mais de tous. Il faut aussi rire de soi, de ses défauts aussi», confie celui qui avoue toutefois ne pas être prêt à aller jusqu’à faire rire avec «le mot en n».

Improvisation

Comment travaille le duo? «On invente une prémisse puis on improvise. Ça donne de beaux résultats, avec des répliques colorées», mentionne l’acteur. Le sketch de 3 à 5 minutes est ensuite amputé de certaines scènes pour une durée optimale et monté. «On invite de plus en plus d’acteurs ou d’humoristes de la relève. Ils tournent leur partie chez eux et ensuite nous l’envoient. On improvise là-dessus et on découpe».

Dans le futur, Tordus aimerait inviter davantage d’actrices et d’acteurs dans leurs sketches et approcher des agences qui travaillent en humour pour leur proposer du contenu. «C’est sûr que ça va rester sur le web, c’est trop acide», explique Félix-André, qui aimerait également scénariser davantage les sketches.

«J’aime rire de pas mal tout le monde».
-Félix-André St-Pierre Bouliane

 

 

 

 

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *