Sections

L'écriture dans la peau d'Andrée-Anne Chevrier


Publié le 11 juillet 2018

Andrée-Anne Chevrier trouve l'inspiration en écrivant dehors avec de la musique quand cela est possible

©Photo gracieuseté – Michel Chevarie

Andrée-Anne Chevrier vient de signer son premier roman intitulé «Incontrôlable» aux Éditions Sylvain Harvey. La Beauportoise a pris 4 ans à écrire son livre jeunesse, qui s'adresse à des lecteurs âgés de plus de dix ans. 

L'histoire plonge le lecteur dans l'univers de Jonathan, qui possède des pouvoirs magiques qui se dissipent dans un monde où l'on tente de contrôler la magie. Cette situation crée beaucoup de colère chez le magicien. Il se nourrira de cette colère pour repousser ses limites.

La femme de 24 ans s'est fait plaisir en écrivant ce roman. «Je voulais écrire quelque chose que j'avais envie de lire. J'ai toujours été fascinée par la magie. J'ai construit l'histoire autour d'un héros qui sort des sentiers battus. Jonathan est un personnage qui n'aime pas les restrictions et agit de façon instinctive dans l'ignorance du bien et du mal», affirme celle qui veut donner le plaisir de la lecture aux jeunes.  

Andrée-Anne a travaillé longtemps dans une librairie et était déjà familière avec le monde de l'édition et son processus. Si certains auteurs connaissent des difficultés avec l'édition d'un premier roman, ce n'est certainement pas le cas de l'écrivaine qui affirme que le processus n'est pas lourd et que tout s'est bien déroulé.  

Au Québec, ce n'est vraiment pas tous les écrivains qui vivent des fruits de leur labeur, mais c'est pourtant l'ambition de cette jeune auteure. «J'ai un certificat en création littéraire de l'université et c'est vraiment ce que je veux faire. J'adore la lecture depuis que je suis toute petite, c'est donc normal de vouloir être dans ce domaine», ajoute celle qui donne des ateliers de danse sportive en attendant de devenir écrivaine à temps complet.

La jeune femme a profité de l'entrevue avec Beauport Express pour annoncer une suite à son premier roman. «Je vise la trilogie. J'étais attachée à mes personnages et je ne voulais pas les abandonner tout de suite.»

Dans l'attente de ce second bouquin, la jeune romancière continue la promotion du premier en donnant des conférences dans les écoles. «C'est facile de communiquer avec les enfants, ils sont aptes à partager leur vécu tellement facilement. J'adore ça!»

Il sera donc intéressant de suivre la carrière de cette romancière beauportoise.