Sections

Un retour aux sources pour Philippe Bertrand

Musique-études


Publié le 10 octobre 2018

L'équipe d'enseignants du programme musique-études avec Nancy Voiselle, Philippe Bertrand et Joanne Durocher.

©(Photo Métro Média – Jean Carrier)

MUSIQUE. En 1987, le programme musique-études de l'École secondaire de La Seigneurie voyait le jour. Philippe Bertrand faisait partie de cette première cohorte d'élèves à expérimenter les joies que peut apporter la pratique quotidienne de la musique. Le Beauportois était loin de se douter qu'il reviendrait enseigner dans l'école où tout a commencé. 

Son parcours musical a toujours été encouragé par ses parents. «C'est ma mère qui m'a introduit à la musique en me faisant prendre des cours quand j'étais jeune. J'allais aussi la voir chanter dans une chorale. Je pense que ça m'a donné la piqûre. Je jouais aussi au hockey, mais quand fut le temps de choisir au secondaire, l'appel de la musique était beaucoup plus fort. Par la suite, j'ai choisi d'étudier dans ce domaine au collégial et à l'université. Tout ce que mes parents voulaient c'est que j'aille au bout de mes passions et c'est ce que j'ai fait», souligne l'homme maintenant âgé de 44 ans.

C'est durant son séjour à l'Université Laval où il étudiait en percussion que l'idée d'enseigner a commencé à germer dans sa tête.

«Je suis allé chercher mon brevet d'enseignement et après j'ai fait quelques écoles jusqu'à ce qu'une opportunité se présente à Beauport. C'était l'occasion de revenir à la maison. J'ai enseigné au régulier de 2007 à 2012 pour ensuite me joindre à l'équipe du programme musique-études.»

Une grosse structure

Le programme jouit d'une excellente réputation, étant l'un des plus gros de la région de Québec. En 2012, il y a eu un agrandissement de l'aile musicale de l'école pour permettre d'accueillir encore plus d'élèves.

«Nous avons 140 élèves avec nous, c'est près de 30 élèves par niveau. Ce qui est plaisant, c'est qu'on peut vraiment faire progresser les élèves parce qu'ils sont dans nos murs pendant cinq ans. L'agrandissement de 2012 a permis de bâtir la grande salle de répétition. C'est le cœur du programme de l'harmonie! Nous avons de superbes installations», ajoute celui qui avoue qu'il ne connaît pas beaucoup d'écoles au Québec qui possèdent ce genre d'installations pour la musique.

Philippe est aussi père de trois enfants. Un peu comme sa mère l'a fait pour lui, il essaie d'inculquer l'amour de la musique à sa progéniture. «J'ai la chance d'enseigner à ma fille qui est présentement dans le programme musique-études. C'est un peu spécial, mais c'est une bonne élève ce qui facilite la tâche.     J'espère aussi enseigner à mes deux autres enfants qui sont au primaire.»

Avenir du programme

Il n'y a pas de gros changements à venir pour l'école beauportoise. «Il faut conserver nos acquis, ce n'est pas facile avec tous les programmes sports-études. C'est un peu étrange, mais il y a de la compétition à l'extérieur de l'école et même à l'intérieur pour faire entrer les élèves avec nous. Tous les parents croient aux bienfaits de la musique pour les jeunes, mais ils sont hésitants quand vient le temps de choisir notre programme pour les adolescents. Il y a tellement de choix.»

Le professeur de musique a toujours la passion qui brûle et il adore la partager à ses élèves. «Je pense que le bagage que nous donnons aux étudiants va leur profiter toutes leurs vies. Nous faisons de l'harmonie parce que nous voulons créer un sentiment d'appartenance, un esprit de groupe et évidemment développer un sens musical en apprenant la maîtrise d'au moins deux instruments pendant leur séjour.»

Voici la page Facebook du programme pour avoir tous les détails et les dates de concert. https://www.facebook.com/pg/musique.etudes/about/?ref=page_internal