Culture
14:44 8 novembre 2019

Les fleurs oubliées: un conte fantaisiste, drôle et poétique

Les fleurs oubliées: un conte fantaisiste, drôle et poétique
Photo: (Photo gracieuseté)

CINÉMA. Le tout dernier film du réalisateur André Forcier est sorti depuis le 25 octobre. Il raconte l’histoire d’Albert Payette, joué par Roy Dupuis, un apiculteur et producteur d’hydromel, qui reçoit périodiquement la visite imaginée du Frère Marie-Victorin (interprété par Yves Jacques), célèbre botaniste surgi du passé. Les deux hommes partent à la guerre aux pollueurs. Invraisemblable, poétique, drôle et touchant à la fois, le film d’André Forcier a la force formidable d’un film d’auteur, l’absurde d’une pièce de Beckett et la légèreté du théâtre d’été.

Albert Payette incarne cet homme qui souhaite s’autosuffire en refusant la modernité. Il vit sur un bateau avec peu. Les rencontres régulières qu’il fait avec le Frère Marie-Victorin donnent lieu à des discussions animées sur la modernité, la religion et l’amour de la nature.

À LIRE ÉGALEMENT: Frère Marie Victorin, un rôle marquant pour Yves Jacques

La plupart des personnages sont caricaturaux, mais pas lourds. L’absurde et le grotesque côtoient le sérieux des sujets abordés.

Film sur l’écologie, l’agriculture urbaine, critique de la petite bourgeoisie de la Rive-sud de Montréal qui vient goûter l’hydromel en pâmoison devant Albert; Donald Pilon qui joue le représentant de la compagnie Transgénia avec brio, caricature de la police, scènes sexuelles: quelques scènes sont hilarantes.

Plein de fantaisie et d’absurde, Les fleurs oubliées ressemble à un conte moderne tout en ayant la leçon de vie d’une fable sur la gestion de l’environnement, entre autres.

Touchant à plusieurs sujets souvent graves, on peut reprocher au dernier film de Forcier d’être parfois décousu et de manquer de cohérence. Il va parfois tellement loin dans l’absurde et l’imaginaire que c’est délirant à plusieurs moments. Cependant, le scénario reste cohérent dans son ensemble et les instants de folie donnent une couleur originale à ce film qui détonne. La trame musicale, réalisée par son fils François Pinet-Forcier qui a aussi servi de coscénariste et d’aide-réalisateur, est excellente.

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *