Culture
12:06 26 juin 2019

Les Passages Insolites prennent de l’ampleur et investissent le quartier Saint-Roch

Les Passages Insolites prennent de l’ampleur et investissent le quartier Saint-Roch
Photo: (Photo gracieuseté - EXMURO)L’œuvre fin de partie de Max Streicher, installée rue Saint-Paul.

ART ÉPHÉMÈRE. Le circuit d’œuvres d’art public temporaires prend de l’envergure en 2019 pour sa 6e édition. Depuis le 20 juin et jusqu’au 10 octobre, une quinzaine d’œuvres réalisées par des artistes et collectifs d’architectes locaux, nationaux et internationaux prendront place dans les secteurs Petit-Champlain, Place-Royale, Vieux-Port et pour la première fois dans le quartier Saint-Roch. L’exposition propose des œuvres ludiques, introspectives et toujours surprenantes, au détour d’un coin de rue, sur un toit ou juste en regardant au-dessus de notre tête.

Conçu par l’organisme Exmuro, qui a pour mandat la diffusion et la promotion de projets artistiques pluridisciplinaires dans l’espace public, le circuit d’art libre et accessible à tous propose de nouveaux volets, en plus d’être deux fois plus grand que les années précédentes. Cette année, avec son parcours deux fois plus important et des propositions artistiques qui se réinventent, les créateurs choisis de Passages Insolites interprètent à leur façon l’idée du passage et de l’insolite pour venir questionner les enjeux sociétaux et le monde actuel. Quinze œuvres sont proposées au public auxquelles près de 40 créateurs ont participé.

Nouveautés

Passages Insolites propose pour une première fois deux activités satellites à découvrir pendant l’été.  L’œuvre de l’artiste international Dries Verhoeven sera proposée jusqu’au 29 juin ainsi que l’exposition itinérante HUMANORIUM – l’étrange fête foraine, du 11 au 16 juillet dans le cadre de sa tournée 2019.

Des organismes communautaires mis à contribution 

Une des stations du parcours propose la découverte de L’écho des rêveurs, une œuvre de médiation réalisée par un duo d’artistes en cocréation avec trois organismes communautaires du quartier Saint-Roch, Pech-Sherpa, le Centre communautaire et résidentiel Jacques-Cartier et le Café rencontre du centre-ville.

Des oeuvres qui circulent

Quatre œuvres ont circulé à la ville de Longueuil cette année et trois œuvres seront présentées dans le cadre de l’exposition FLOW (Philadelphia Sculptors) à Philadelphie, du 12 octobre au 30 novembre prochains, en plus du volet patrimoine, qui proposera trois œuvres qui questionneront le patrimoine et l’histoire de Québec, du volet commerçant, puisque pour une première fois le Laurie Raphaël accueillera une œuvre créée spécifiquement pour la terrasse du restaurant, en collaboration avec l’Association des étudiants en architecture de l’Université Laval. Enfin le volet relève mettra en lumière dans deux stations du parcours les projets lauréats du concours organisé en partenariat avec l’École d’art de l’Université Laval et GM Développement.

Rappelons qu’en 2018, l’achalandage a été estimé à plus de 240 000 spectateurs. Un montant de 342 000$ provenant de la Ville de Québec, de l’Entente de développement culturel et de partenaires parapublics et privés a été nécessaire à la réalisation du projet.

Détails et emplacements des œuvres

-Le portail de BGL. Entre le 104 et le 112 rue Dalhousie

Un portail métallique, fabriqué à partir de clôtures de sécurité, délimite une frontière fictive dont les ouvertures semblent avoir été forcées.

-Bercer d’utopies du Collectif 5M2. Au 117 rue Dalhousie

Le projet du Collectif 5M2 est le lauréat 2019 du concours Passages Insolites organisé en collaboration avec l’Association des étudiants et étudiantes en architecture de l’Université Laval et le Laurie Raphaël. Franchissez des portails et découvrez un monde coloré qui cache une vision critique de notre rapport à la nature.

-Fin de partie (Nagg et Nell) de Max Streicher. Entre le 70 et le 74 rue Saint-Paul

La scène paraît absurde : deux têtes de clown gonflables sont coincées entre des parois d’immeubles. Pour ajouter à l’étrangeté, ces clowns censés nous faire rire peuvent devenir inquiétants, selon notre point de vue et notre sensibilité.

-Écho, de Jeffrey Poirier. Ruelle Légaré

Cette sphère géante est-elle en train de dévaler la ruelle, ou de l’obstruer volontairement? La forme sphérique se confronte à la verticalité des immeubles environnants tout en donnant l’illusion d’avoir été créée à partir du même matériau, la brique.

-Aménagement intérieur et accessoires, de Olivier Moisan Dufour. Vitrine de l’église Saint-Roch, rue Saint-Joseph Est

Le projet d’Olivier Moisan Dufour est le lauréat 2019 du concours Passages Insolites organisé en collaboration avec l’École d’art de l’Université Laval et GM Développement. L’œuvre reconstitue un logement improbable formé par l’accumulation d’une multitude de planches récupérées de palettes de bois.

-L’écho des rêveurs, de Caravane BLING BLING. Au Jardin Jean-Paul-L’Allier

Projet de création d’une œuvre d’art public réunissant un collectif d’artistes de Québec et des groupes de citoyens du quartier Saint-Roch. À l’image de la diversité des participants au projet de médiation (R)assembler, différentes silhouettes habitent l’espace.

-Une Arcade historique du Consortium 19. Au Parc petit-Champlain

Le Consortium 19 met en jeu différents personnages et événements marquants du passé québécois.

-Sur le même pied d’égalité par Guillaume La Brie. À la Place Jean-Pelletier

Divers éléments de l’espace public sont placés sur d’imposants socles. Ces piédestaux montrent des objets du mobilier urbain, tous disposés au même niveau, annulant ainsi toute hiérarchie

-Neiges éternelles de Lucie Bulot et Dylan Collins (Toronto). À la Place Royale

Le temps d’un été, le buste de Louis XIV se retrouve pris dans une tempête de neige.

-Adieu, de Dries Verhoeven. À la Place des Canotiers

Un dispositif semble nous inviter à observer le paysage. Pourtant, les quatre télescopes dirigent notre regard vers un flot de mots qui défilent sur des écrans installés à plus de deux kilomètres, sur le toit d’un édifice patrimonial converti en maison pour personnes âgées.

-HUMANORIUM – l’étrange fête foraine. À l’Îlot Fleurie.

Conçue et commissariée par Ève Cadieux et Vincent Roy, HUMANORIUM – l’étrange fête foraine est une exposition itinérante qui prend la forme d’une fête foraine inspirée des XIXe et XXe siècles.

L’œuvre Sur le même pied d’égalité de Guillaume La Brie.

 

 

 

 

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *