Culture
12:06 21 avril 2019

Points de vue: l’exposition discrète de Wartin Pantois

Points de vue: l’exposition discrète de Wartin Pantois
Photo: (Photo gracieuseté - Wartin Pantois)

ART PUBLIC. Depuis dimanche midi, Wartin Pantois révèle une nouvelle exposition publique en haut de l’ascenseur du Faubourg, dans le quartier Saint-Jean-Baptiste. Points de vue, dont l’inauguration était initialement prévue le vendredi 19 avril mais qui a été remise au premier jour de beau temps suivant, a été créée dans le cadre de la Manif d’art de Québec. L’œuvre part de l’espace physique et des vues offertes au regard pour laisser parler des experts ou des personnes concernées sur des enjeux propres à la Capitale.

Wartin Pantois révélait en primeur les détails de cette exposition minimaliste au Québec Express en mars dernier. Le Banksy de Québec parlait alors d’une œuvre parmi les moins spectaculaires qu’il ait créée. Installée sur la terrasse de la rue Saint-Réal, surplombant la Côte d’Abraham juste en haut de l’Ascenseur du Faubourg, l’exposition consiste en 10 stations à la fois visuelles et auditives sur divers thèmes en lien avec l’histoire ou l’actualité de Québec.

L’artiste délaisse pour l’occasion les collages muraux à échelle humaine et propose plutôt de petites images signalétique (des yeux) ainsi que des codes QR à scanner à l’aide d’un cellulaire pour entendre chacune des capsules.

À LIRE ÉGALEMENT: Wartin Pantois: s’effacer devant son art

Créer dans une liberté absolue

Voici les sujets présentés dans chacune des 10 stations

– Les perspectives visuelles à Québec, avec Marc Grignon, professeur d’histoire de l’architecture à l’Université Laval.

Québec comme ville de panoramas:

Cette première capsule part du paysage qui s’offre aux yeux en haut de l’escalier du Faubourg et des différents points de vue qu’on y trouve. Le professeur Marc Grignon parle d’«expérience subjective» des points d’intérêts qu’on peut contempler: clochers d’églises, Laurentides, points d’intérêt variés et de l’aménagement urbain relié.

– La piétonisation du centre-ville, avec Jean-Louis Tedone, géographe et passionné d’aménagement durable du territoire.

Le piéton oublié:

Partant de la vue sur l’intersection de la rue de la Couronne et de la hâte des piétons à traverser dans les 20 secondes qui leur sont imparties, Jean-Louis Tedone explique ce conflit urbain entre le piéton et l’automobile.

– Le tramway de Québec, d’hier à demain, avec François G Couillard, historien populaire et membre du collectif La Lanterne.

Projet ancien, projet actuel : similitudes

On assiste à une plongée dans l’histoire de la ville puisque oui, il y a eu un tramway électrifié dans la Capitale dont la fréquence de passage était à chaque sept minutes au 19e siècle, contrairement au Métrobus actuels dont la fréquence se situe plutôt aux 10 minutes.

– La Coopérative Méduse : genèse d’un défi artistique, avec Gaëtan Gosselin, codirecteur général de Productions Recto-Verso / Le Mois Multi.

Une aventure collective artistique:

L’exposition Mirabile Visu a été le point de départ qui a permis de transformer «Plywood city» en centre d’artistes de la Côte d’Abraham.

– L’étalement urbain, avec Marie-Josée Renaud, politologue, écologiste et spécialiste en aménagement du territoire.

La Capitale au premier rang de l’étalement urbain:

Avec ses 20 km d’autoroute pour 100 000 habitants, la ville se classe au premier rang canadien pour l’étalement urbain. Marie-Josée Renaud met en perspective les problèmes en lien avec l’étalement urbain et la densification possible du centre-ville tout en préservant une qualité de vie.

-Un coin du quartier Saint-Roch qui a besoin d’amour, riche en diversité mais pauvre en aménagement, avec Mbaï-Hadji Mbaïrewaye, citoyen engagé et résident du quartier Saint-Roch à Québec.

Un coin de Saint-Roch qui manque d’arbres et d’amour:

Adopter une fleur, organiser une activité, sont quelques pistes de solutions évoquées par Mbaï-Hadji Mbaïrewaye qui habite dans ce périmètre de Saint-Roch entre la rue du Pont, la rue du Prince-Édouard, Saint-Dominique et Saint-Jospeh où la mixité sociale domine.

-Le site de l’ancienne église St-Vincent-de-Paul, avec Marie-Ève Duchesne, organisatrice communautaire au Comité populaire Saint-Jean-Baptiste.

Destruction du patrimoine pour… aucun projet immobilier:

Gigantesque église, destruction d’une partie de l’ancien patro pour permettre la construction de l’autoroute Dufferin, vente de l’église puis destruction de sa façade, Marie-Ève raconte la saga de ce terrain laissé finalement à l’abandon depuis des décennies malgré l’achat par des promoteurs successifs et la volonté des gens du coin d’y aménager un espace agréable à vivre.

-L’avenir des terres matrimoniales des Sœurs de la Charité, avec Hélène Matte, poète et artiste visuelle.

Un futur quartier au lieu d’un projet avant-gardiste d’agriculture urbaine:

«Dallaire, fais de l’air», peut-on entendre dans la chanson a capella proposée par l’artiste Hélène Matte qui résume ce qu’on pourrait faire sur ces terres propices à l’agriculture au lieu de projets immobiliers.

-L’Îlot Fleurie, feu-lieu d’expression artistique et communautaire, avec Julie Picard, artiste / comptable et ex-présidente de l’îlot Fleurie.

Le quartier chinois à la place des bretelles d’autouroute:

La force des citoyens à se réapproprier cet espace-là… Rasé pourtant deux fois. C’est cette histoire que nous raconte Julie Picard.

-Le Port de Québec et ses enjeux, avec Véronique Lalande, instigatrice de l’initiative citoyenne de Vigilance du Port de Québec.

Les gens présents avant le développement industriel:

Véronique Lalande parle de l’évolution de l’aspect visuel et des activités industrielles du Port de Québec, elle qui a toujours été de la lutte pour une meilleure qualité de l’air en Basse-ville.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *