Culture
01:15 21 novembre 2018

Pass, un band plus soudé que jamais

MUSIQUE. Plus de trois ans après le lancement d’un premier album The Vibe, le groupe Pass revient à la charge avec l’album Out. Plusieurs membres pensaient que cet album ne verrait jamais le jour. 

(Photo Métro Média – Jean Carrier)

«Il a fallu faire l’album à trois reprises parce que les deux premières fois, les studios d’enregistrement ont effacé nos bandes par accident. C’était tellement frustrant qu’après la deuxième fois, nous n’étions pas certains s’il nous restait des forces pour le faire une troisième fois. On l’a surnommé l’album maudit», explique Brad Gros-Louis, le batteur du groupe.

Un sentiment partagé par Chuck Côté. «J’étais en tab… quand c’est arrivé une deuxième fois. Le groupe a failli se séparer parce qu’on avait des divergences d’opinions sur la suite des choses. On a chacun nos vies en dehors du groupe et c’est difficile de prendre une semaine de congé pour faire l’album. On a décidé de continuer et on est vraiment fiers du produit final», avoue le guitariste qui s’est joint au groupe au printemps 2016.

Tous les membres ont le sentiment que cette épreuve a resserré les liens entre eux en plus d’apporter du professionnalisme à la formation. «Quand tu recommences un album pour la troisième fois, tu t’améliores et on est devenu vraiment efficace en studio. Nous sommes aussi plus conscients du côté affaires de la musique. La dernière fois, ça a prit seulement trois jours faire l’album et on s’assurait d’enregistrer les bandes fréquemment pour ne pas recommencer», précise le bassiste Fred Soucy-Brunet.

Le band a mentionné qu’il est très inspiré par le travail du groupe américain Sublime et de Jean Leloup sur la scène québécoise.

(Photo Métro Média – Jean Carrier)

Chimie

Passer du temps au studio du band permet de découvrir un endroit où les quatres amis sont parfaitement confortables. «Pour nous, le cœur de Pass reste notre studio, il y a eu des fêtes mémorables ici et on aime y venir pour jouer ensemble. On se connaît depuis l’école secondaire sauf pour Chuck qui s’est joint par la suite au groupe, mais on le connaissait depuis un bout de temps. Je pense que ça se reflète dans notre musique», soutient Brad, qui a aussi une carrière parallèle comme acteur.

Le groupe joue du rock alternatif, mais il est difficile de catégoriser la musique de Pass. «On joue ce qu’on a envie de jouer, on a même fait une chanson rap y’a pas longtemps. En temps normal, on fait du rock, du reggae et du funk. On fait ce qu’on veut, selon le goût du moment», assure Chuck.   

Le rêve australien

Tous les musiciens ont des emplois dans la vie de tous les jours. Cependant, le band ne cache pas qu’il a encore des ambitions de gagner sa vie avec la musique. Pour eux, l’avenir du groupe passe par l’Australie. Ils ont prévu d’y aller après la réalisation d’un troisième album. «L’Australie, c’est la nouvelle Californie, spécialement à Melbourne. C’est là que ça se passe pour des artistes émergents comme nous. Il y a un bon auditoire pour de la musique anglophone comme la nôtre», insiste le chanteur et guitariste, Joey Jacques.

«Si après tout ça, ça ne démarre toujours pas comme on le voudrait, on pourra dire qu’on a tout essayé. Will Maranda, qui fait aussi parti du band, sera présent. Au pire, ça fera des souvenirs mémorables», terminent les membres du groupe avec un sourire aux lèvres.

Pour suivre la formation et son lancement de l’album Out le 30 novembre à Québec: http://www.facebook.com/passquebec/

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *