Culture
19:16 2 novembre 2018

Premier jet poétique primé pour Odile Brunet

LITTÉRATURE. À la fois un hommage au poète Alphonse Piché et un encouragement à la relève, le Prix Piché de poésie de l’Université du Québec à Trois-Rivières 2018 a été décerné à Odile Brunet. Retraitée du Cégep de Sainte-Foy, l’auteure qui n’avait jamais publié de recueil a mis la main sur une bourse de 2000$.

Les textes des lauréates du Prix Piché de poésie seront publiés dans un recueil conjoint.

(Photo gracieuseté)

Intitulé Comme une respiration, le manuscrit a été encensé pour son écriture maîtrisée. De l’avis du jury, celle-ci «fait naviguer une mémoire construite au rythme des jours et des nuits, des présences et des vagues».

Les textes des lauréates du Prix Piché de poésie seront publiés dans un recueil conjoint.

(Photo gracieuseté)

Odile Brunet propose une oeuvre intime qui explore le deuil et la mémoire. «Dans un style épuré et d’une grande cohérence, ses vers vibrent au rythme des souvenirs que l’on chérit, des instants qui passent, entre présence et disparition. Une suite poétique juste et sensible à prendre comme une respiration profonde avant de réintégrer, transformé, le cours fragile de la vie», décrit encore le jury du concours.

Le deuxième prix, d’une valeur de 500 $, a été attribué à Laurence Bertrand pour À la dérive de nos soifs. Les textes des lauréates du Prix Piché 2018 ont fait l’objet d’une lecture publique dans le cadre du 34e Festival international de la poésie de Trois-Rivières, tenu à la fin septembre. Ils seront prochainement publiés conjointement dans un recueil à paraître aux Éditions d’Art Le Sabord. 

François Cattapan


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette