Culture
12:00 11 décembre 2016

Mamie Mariz, mamie magique

LITTÉRATURE. Dans ses recueils d’histoires, elle veut transmettre un peu de magie aux tout-petits. Ni éducatrice, ni écrivaine, Mamie Mariz dit tout simplement avoir trouvé son inspiration dans son parcours personnel et son amour pour son petit-fils.

Nouvellement grand-maman du petit Félix-Antoine, Maryse Brochu s’est remise à rêver d’écrire: une passion qu’elle cultive depuis longtemps. «J’ai commencé par une petite histoire pour lui et après, une deuxième, et une troisième, et je l’ai fait lire à des gens qui ont une petite fille.» Ils seront les premiers à la convaincre d’éditer ses histoires.

Celle qui devient Mamie Mariz d’un coup de baguette voyait dans les récits qu’elle griffonnait une bonne façon de partager ses valeurs avec son petit-fils. «Je voulais lui dire d’accepter la différence et qu’on est tous magiques en fait. Peu importe ce qu’on a l’air – les qualités, les défauts qu’on a – on a toujours un petit quelque chose de différent des autres qui va sortir. Et c’est à nous de le faire sortir.»

Les objets s’animent

Pour donner vie à ses histoires, l’auteure parle d’amitié, d’amour, de persévérance à travers les objets du quotidien des petits. «Mamie Mariz a donné un pouvoir à Félixou d’entendre tout ce que les objets disent et je me sers de ces objets-là pour lui faire comprendre des choses, comme le rangement, pour que ça ait un sens pour lui».

En mettant en scène un canard jaune et un savon qui parlent, l’auteure transformera par exemple l’heure du bain en leçon sur l’intimidation. «Parce que je l’ai vécu et ce n’est pas vrai qu’il faut se laisser faire. On a le droit de le dire, “Tu me fais de la peine” et je crois que les jeunes ne savent pas trop comment le dire.»

«Jamais trop tard pour rêver»

Maryse Brochu raconte avoir bonifié ses histoires de nombreuses heures de recherche, entre autres pour étoffer les apprentissages qu’elle propose aux petits. Elle a aussi pu compter sur les conseils d’une amie éducatrice qui lui a conseillé de personnifier Mamie Mariz. «Au début, je n’osais pas! Je suis très simple et ça me gênait un peu de me mettre dans les livres!», confie l’auteure, pour qui le processus de création de la Collection Félixou lui aura autrement appris à croire et à aller au bout de ses projets. «Je les ai réécrites, ces histoires-là! Et j’ai fini par me dire: “Maryse, fais-toi confiance!” et là, c’est moi, ça me ressemble!»

Maryse Brochu estime que d’autres femmes comme elle, à l’aube de la cinquantaine se disent que «parce qu’elles n’ont jamais rien fait, c’est trop tard pour commencer». Celle qui raconte avoir renoué avec ses passions, a un message à leur livrer: «La vie n’est pas finie à 50 ans! Vous avez droit au bonheur! Et il y en a de la magie à l’intérieur de vous!»

Animations

Pour la suite, Maryse Brochu a le projet de faire sortir Mamie Mariz des bouquins et de présenter son personnage aux petits sous forme d’ateliers d’animation. Munie de sa baguette en cœur, l’auteure aimerait amener son petit public de moins de 6 ans à discuter des thèmes des histoires.

La Collection Félixou sera officiellement lancée le 11 décembre à la bibliothèque Chrystine-Brouillet, dans le secteur Loretteville de Québec.

TC Media

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *