Culture
20:44 31 août 2016

Antoine Sicotte sur les traces du Parcours gourmand

CUISINE. Antoine Sicotte, le tout nouveau porte-parole du plus vieux parcours culinaire de la région de Québec, le Parcours gourmand, a fait un road trip jusqu’à Québec pour visiter les artisans culinaires de la Capitale-Nationale.

Celui qui se fait connaître sous le nom du cuisinier rebelle, Antoine Sicotte, est allé à la rencontre des chocolatiers, fromagers, vignerons et artisans de la région de Québec participant au Parcours gourmand. Durant deux journées complètes, il a pu goûter et sentir les différents arômes qui parfument la région.

«Je suis un passionné de la découverte, lance d’emblée Antoine Sicotte. Une porte d’entrée dans la culture chez les gens en général, c’est la nourriture. Pour moi, d’avoir la chance de rencontrer plein d’artisans locaux, de partager avec eux et d’en faire la promotion par la suite, c’était un honneur.»

Curieux de nature, le cuisinier dit constater cette même effervescence pour la nouveauté chez les producteurs locaux à travers sa visite régionale. «Il y a une créativité constante à essayer de développer de nouveaux produits, de nouvelles choses, observe-t-il. C’est relativement récent dans notre culture de produits du terroir, ce côté curieux d’aller de l’avant et de ne pas rester dans les traditions.»

À travers ses différentes escales dans la Capitale-Nationale, l’animateur constate que la cuisine québécoise est de plus en plus tournée sur le monde. «J’ai vu des gens qui avaient des ouvertures d’esprit très internationales, remarque-t-il. Pas dans leur désir de commercialisation nécessairement, mais plutôt dans leur ouverture d’esprit et dans leur désir de création.» Il donne comme exemple la Fromagerie des Grondines qui s’apprête à travailler le lait de buffle, ou encore les différents vignobles québécois qui ont réussi à percer le marché.

Sur les traces du cuistot

Le cuisinier rebelle a enfilé les visites ces deux derniers jours pour sa tournée du Parcours gourmand, qui comprend 28 artisans locaux des régions de Portneuf, La Jacques-Cartier, Québec, la Côte-de-Beaupré et l’Île d’Orléans. Aperçu des artisans qu’il a visité:

– Cassis Monna et filles, Économusée de la liquoristerie, Île d’Orléans

– La p’tite Brûlerie – Café biologique, Deschambault

– Julie Vachon Chocolats, Deschambault

– Fromagerie des Grondines, Grondines

– Halte sommeil à la station touristique Duchesnay (Bistro-bar le Quatre Temps)

– La Fudgerie – Les Mignardises Doucinet, Charlesbourg, Québec

– La Conserverie du Quartier, Limoilou, Québec

– Vignoble Domaine L’Ange-Gardien, L’Ange-Gardien

Visite de la Conserverie du quartier

L’itinéraire d’Antoine Sicotte s’est arrêté à la Conserverie du quartier dans le secteur Limoilou à Québec, où on transforme depuis une vingtaine d’années des produits en pot. «Mon passe-temps à l’époque, c’était de faire de la mise en pot, raconte le propriétaire du commerce, Yolland Bouchard. Dans l’entrefaite, on voulait que les produits du Québec soient renommés.» C’est pour cette raison que le commerce du boulevard la Canardière s’associe depuis plusieurs années au Parcours gourmand. Sur ses étagères, on découvre toutes sortes de saveurs: confitures, sirops, beurres et huiles aromatisés, ketchup-maison ne sont qu’un bref aperçu de la variété qu’on y retrouve. Celui qui crée les confitures pour le Château Frontenac peut empoter en 15 jours de 15 000 à 17 000 pots de toute sorte.

Québec Hebdo

Benoit Prisca


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette