Culture
22:23 26 octobre 2016

Le monde de l’animation tourné vers Québec

NUMÉRIQUE. Important joueur dans le monde de l’animation, la ville de Québec recevait les deux premiers volets de l’événement Pixel Animation, mardi et mercredi. Au total, c’est 25 pays qui étaient rassemblés dans la Vieille-Capitale pour faire avancer le monde numérique.

«Le volet Cartoon connexion Canada, c’est notre premier volet. Il est principalement destiné à des producteurs d’animation qui ont un projet et qui cherchent des partenaires internationaux, par exemple un diffuseur. En deux jours, il y a eu 1000 rendez-vous sous forme de « speed-dating » et en cinq ans, on estime que 23 projets sont ressortis d’ici pour une somme de 34,5M$», explique Louis Leclerc, directeur général de Pixel Québec.

Avec le temps, l’importance de l’expertise a pris une place importante lors de Pixel Animation. «Le deuxième volet, c’est six classes de maîtres. C’est du contenu exclusif qui parle des studios de la province, dont quatre de Québec. Dans la salle, c’est principalement des jeunes qui débutent dans l’industrie. Les studios se servent beaucoup de ces classes pour faire du recrutement. Ça s’adresse autant à des gens qui ont des projets qu’à ceux qui en auront plus tard», affirme M. Leclerc.

Le troisième volet, celui du cinéma d’animation, se déroulera de jeudi à dimanche, au cinéma Le Clap. «On va diffuser des films d’animation qu’on ne voit presque jamais ici.» Il s’agira de Miss Hokusai, Kahlil Gibran’s The Prophet, Kubo ant the Two Strings et A Town Called Panic: Double Fun.

Et pour le futur?

Tout comme le monde de l’animation qui est en constante évolution, l’événement Pixel Animation est aussi de plus en plus gros. «Ça grossit chaque année. La première année, on avait seulement le volet Cartoon connexion Canada. On a ajouté des classes de maîtres. La première année, on pensait avoir 15 personnes et on en a eu 125. On a décidé d’en faire d’autres.»

Malgré le succès estimé par le directeur général de Pixel, celui-ci croit qu’il y a du potentiel pour faire encore plus. «On est déjà le plus gros rendez-vous du genre au Canada. Ce qu’on veut faire, c’est prendre encore plus d’expansion, avoir plus de pays, plus de gros joueurs. C’est ce qu’on aimerait, en plus d’augmenter le nombre de classes de maîtres.»

Un exemple de succès

Le studio de divertissement numérique Frima et Groupe Média TFO ont profité de l’événement Pixel Animation pour lancer MaXi, «une toute nouvelle série d’animation jeunesse conçue d’abord pour mobile.»

Pour Louis Leclerc, il s’agit d’une grande fierté, puisque le projet s’est développé lors de l’une des dernières éditions de Pixel Animation.

Adressée aux 9-12 ans, la série destinée aux plateformes numériques iOS et Android, mais aussi disponible pour la télévision en 26 épisodes de 11 minutes, «permettra aux utilisateurs d’explorer l’univers éclaté de la série, notamment en débloquant de multiples contenus lors de leur visionnement et en créant des bandes-dessinées interactives qu’ils pourront partager entre amis», explique-t-on.

La sortie de MaXi, qui mettra en vedette les voix de Sarah-Jeanne Labrosse, Nicolas Charbonneaux, Mathieu Pichette, Martin Watier et Annie Girard, est prévue pour 2017.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *