Culture
16:45 19 octobre 2016

Martin Dalair, 27 ans de radio et de passion

RADIO. Martin Dalair a fait ses débuts dans le monde de la radio à l’âge de 17 ans, à une époque où il ne savait pas quoi faire de sa vie. 27 ans plus tard, l’animateur vedette est bien implanté dans le milieu radiophonique, et tranquillement, il se fait une place dans le petit écran.

Dans un milieu instable, Martin Dalair s’estime choyé et chanceux d’être sous contrat à WKND jusqu’en 2020. «Ça me donne du temps pour atteindre mes objectifs et réaliser mes projets.» (Photo TC Media – Charles Lalande)

Tout au long de l’été avant qu’il atteigne lui-même la majorité, cet adolescent avait été engagé à titre d’animateur dans une tournée des bars.

«À ce moment-là, le nightlife était complètement démesuré. Les gens ont adoré ça. Puis, Daniel Plante m’avait appelé pour m’offrir le poste d’adjoint aux promotions à CHIK-FM.»

De fil en aiguille, ses patrons d’Astral Média lui font de la place en studio. On lui offre d’animer le Top 10 des chansons anglophones, ce qu’il fait avec succès pendant une décennie. Des cotes d’écoute jamais égalées. Parallèlement, il œuvrait dans les émissions du matin ou du midi.

Puis, en 2009, après 20 ans avec le même employeur, Radio Énergie Québec annonce son licenciement. Camouflé sous une restructuration, ce congédiement doit assurément être regretté par les dirigeants.

«Ils en ont perdu de l’argent, a avoué Dalair, qui n’a pas de rancune envers ses anciens patrons. Ensuite, malgré mon statut d’animateur vedette, je recevais des offres moyennes, alors j’ai pris le plus gros pari de ma carrière.»

Fonder WKND

Pendant six mois, Martin Dalair se retire des ondes pour créer une programmation pour la toute nouvelle station WKND 91,9, propriété de Leclerc Communication, nouveau joueur dans le nuage radiophonique de la Vieille Capitale.

«Assurément le plus gros défi de ma carrière. On ne voulait pas promouvoir une marque, mais bien un style de vie. C’est le plus gros accomplissement de mes 27 ans de carrière.»

«Je mets n’importe qui au défi de faire ce que j’ai fait. Personne ne nous prenait au sérieux, mais bientôt, les gens vont nous copier.»

Quand les sondages Numéris sont publiés, on remarque que WKND 91,9 tient tête à ses concurrents, et que l’émission «Dalair le matin», qu’il anime avec Catherine Bachand et Joannie Fortin, est parmi les préférées des gens de Québec.

Ses plus fidèles auditeurs? Les femmes âgées de 25 à 54 ans. Ses rivaux n’y peuvent rien, ce public est déjà conquis par le résident de Lac-Beauport.

Il facilite la vie du bureau des ventes de la station fondée en 2012. Dalair est le porte-parole de 18 entreprises, qui lui font confiance pour des publicités à la radio et à la télévision. Ce grand amateur de pêche animera d’ailleurs le «Shore Lunch», sur les ondes de RDS.

Lancer des carrières

À l’occasion, il a diffusé au grand jour des musiciens encore inconnus. Pour certains, ce fut le début d’une belle aventure. On n’a qu’à penser à Jonathan Roy, Final State et aux Respectables.

«Je ne prends pas le crédit pour leurs succès. Ce sont des gars talentueux qui avaient seulement besoin d’un peu d’aide.»

Il est également bien fier d’avoir implanté le «New Country» sur les ondes radiophoniques de Québec. Il voyage souvent aux États-Unis, un pays où ce mouvement est très populaire.

«Je voyais des filles de 22 ans dans le truck de leur père chanter à tue-tête les chansons de Keith Urban. J’ai insisté pendant deux ans auprès de mes patrons, et ils ont finalement accepté», de dire celui qui décrit cela comme un coup d’éclat.

Martin Dalair enchaîne les succès depuis ses tout débuts dans le domaine, mais ce n’est rien pour le rassasier. Il veut rester derrière le micro pour les deux prochaines décennies. On parle ici de 47 ans de radio, mais surtout, 47 ans de passion.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *