Culture
13:57 14 mars 2018 | mise à jour le: 14 mars 2018 à 13:57 temps de lecture: 2 minutes

Nouvel album pour Irish Moutarde

Après quelques années de spectacles et de travail en studio, Irish Moutarde récidive avec un nouvel album, Perdition, disponible depuis le 1er mars dernier au grand plaisir des amateurs qui reconnaitront encore leur style folklorique punk rock.

Après toutes ces années, les membres du groupe Irish Moutarde sont toujours aussi complices sur scène

Photo gracieuseté – Maxime Bolduc

Le band de Québec est reconnu pour partager son énergie débordante depuis huit ans aux quatre coins de la province. Au cours de leur carrière, ils ont entre autres foulé les scènes du Festival d’été de Québec, de Woodstock en Beauce et d’Expo Québec.

«C’est tout un trip de voir des gens devant soi chanter les paroles de chansons que l’on a créé ensemble, en groupe, explique le guitariste Jérôme Bélanger. C’est un plaisir pour nous de revenir sur scène avec un nouvel album.»

Un style assumé

Irish Moutarde ont sorti leur premier simple en 2012, The Bear and de Maiden Fair, qui rendait hommage au punk celtique. La pièce est rapidement devenue un succès sur le Web, ce qui a amené le groupe à sortir son premier album, Raise ‘Em All en 2013. Ils ont aussi offert une prestation au Festival celti’teuillac en France.

«Au début, on jouait principalement les chansons de deux groupes principaux, précise M. Bélanger. Petit à petit, on a commencé à composer nos propres chansons ensemble. Maintenant, chacun des membres du groupe contribue à la création en mettant sa touche. On travaille avec les flashs de tous, et ça finit par faire quelque chose de beau.»

Complices de longue date

Le groupe est composé du guitariste Jérôme Bélanger de Charlesbourg, du batteur Sébastien Malenfant de L’Ancienne-Lorette, de l’accordéoniste Andrée-Anne McHalley de la Cité-Limoilou (voix principale), du joueur de cornemuse Gabichou Somogyvari de Val Bélair, du bassiste Fred Vandal de Sainte-Foy et du guitariste et joueur de banjo Tony Vandal de Lebourgneuf. Certains d’entre eux se connaissent depuis maintenant vingt ans. «Jouer sur scène ensemble, c’est avant tout une belle occasion de profiter du moment présent, de se laisser aller et de sentir qu’on est connectés et tous sur le même diapason», ajoute Fred Vandal.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *