Culture
15:00 28 décembre 2017 | mise à jour le: 28 décembre 2017 à 15:00 Temps de lecture: 3 minutes

Mademoizelle Fizz l’évolutive

Tel une superhéroïne, Mélissa Cauchon devient Mademoizelle Fizz lorsqu’elle touche un micro. La chanteuse de Château-Richer conquit son public depuis plus d’une décennie.

Après les albums Mademoizelle Fizz chante Henri Salvador en 2009 et Plaisir coupable en 2012, la chanteuse se lance dans la création d’un nouvel album de composition. (Photo gracieuseté)

C’est en 2008 que Fizz a lancé son premier album en hommage à Henri Salvador, suivi d’un deuxième appelé Plaisir Coupable. Mélissa Cauchon exploitait des sonorités plus country, sous une tonalité et une rythmique jazzées. Mademoizelle Fizz ne chante pas du jazz, mais sa voix se mélange à toutes les ambiances.

L’étiquette de chanteuse jazz lui a été attribuée pendant plusieurs années. Lorsque Mélissa Cauchon est revenue d’Espagne, où elle faisait la gestion d’événements, elle s’est jointe à un groupe jazz. « J’ai toujours aimé ça. J’écoutais beaucoup Nora Jones à cause de sa voix et sa douceur. » Ses influences musicales passent de Sarah Vaughan aux Tragically Hip et sa chanson fétiche demeure Simple Things, du groupe des années 90, Zero 7.

Sur scène, elle est accompagnée de la pianiste du Vieux-Québec, Christine Boillat, et du producteur de son 2e album, Éric Savard, aussi guitariste et bassiste. « On a d’autres musiciens qui nous accompagnent, mais Christine et Éric sont mes deux acolytes. »

Depuis quelques semaines, Fizz travaille sur un projet complètement différent avec Sébastien Hamel (Peakafeller). Ils ont formé « Fizz n Peak », un duo aux sons trip hop électro. Quelques spectacles ont déjà eu lieu dont celui du Gala de la Robe Rouge au profit des maladies du cœur, présente en novembre au Musée national des beaux-arts de Québec.

Ce virage musical lui permet d’explorer d’autres avenues. Elle a repris le succès Space Oddity, du défunt David Bowie. Reprendre des chansons fait partie du spectacle de Mademoizelle Fizz, mais Mélissa Cauchon y présente aussi deux de ses compositions, Ibiza Shore et À fleur de corps.

Pourquoi Fizz? À l’école secondaire et au cégep, Mélissa jouait au basketball. « Mon entourage sait que je suis énervée et mon coach de basket m’a comparé à un bonbon fizz. Le surnom est resté. »

Son spectacle Mademoizelle Fizz et Les Bulles est présenté un jeudi dans un restaurant de Québec et ses chansons sont accessibles sur les réseaux sociaux.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *