Culture
14:53 4 avril 2017 | mise à jour le: 4 avril 2017 à 14:53 temps de lecture: 3 minutes

Nouveau roman de Jacques Côté: Meurtres, chars et Beaucerons au menu

LITTÉRATURE. «C’est un polar qui sent les cours à scrap, l’huile à moteur, le gaz, les pneus brûlés, le sang, le sexe et la sueur», décrit Gabriel Sauvé, adjoint à la direction commerciale des éditions Alire.

Ce nouveau roman sera disponible dès le 13 avril.

(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

Le 13 avril prochain, Jacques Côté publiera un nouveau polar, Où le soleil s’éteint, qui fera revivre le personnage de Daniel Duval, un enquêteur de la Sûreté du Québec..

L’histoire se déroule dans le Québec des années 1980. Sur l’autoroute 20, Benoit Ayotte et Sylvain Mailloux font du pouce à la hauteur de Saint-Romuald, près de l’entrée des ponts. Ayotte souhaite se terrer au chalet de l’oncle de Mailloux à Rivière-à-Pierre, puisqu’il vient de tuer un père de famille innocent, l’ayant confondu avec un membre d’un gang rival qu’il devait abattre.

Dès leur arrivée dans la Capitale-Nationale, les morts s’empilent sur leur passage. L’équipe du lieutenant Duval est chargée d’enquêter sur la mort d’un homme retrouvé sans papier et sans tête sur la voie ferrée du tracel de Cap-Rouge. La disparition de deux jeunes filles dans le même secteur fait craindre le pire au lieutenant.

Jacques Côté nous emmène faire un tour en Beauce et dans toute la mentalité de ce coin de pays parsemé de petites villes et villages. C’est d’ailleurs par là qu’Ayotte tentera de trouver une porte de sortie vers les États-Unis. C’est avec le personnage de Larry Nadeau, Beauceron maniaque de voitures avec sa piste de drag et son cimetière de chars, que se déroule l’essentiel du roman, où le fugitif tente de se rapprocher de la frontière américaine.

Un polar sensible

Parallèlement à la cavale de Benoit Ayotte, on suit l’enquête de Daniel Duval et de son partenaire Louis Harel. Alors que l’enquête progresse, la vie de couple de Duval se dégrade. Dans ces scènes, l’émotion prime alors qu’il sait que son fils de deux ans ne grandira pas avec deux parents qui s’aiment.

C’est le cinquième roman de Jacques Côté qui met l’enquêteur en vedette. Neuf ans après avoir laissé le duo d’enquêteurs, «je commençais sincèrement à m’ennuyer d’eux et les lecteurs aussi me le faisaient sentir lors des événements littéraires», raconte l’auteur.

Même si ce nouveau polar est le cinquième de la série Duval-Harel, l’intrigue est complète en soi et peut facilement être lu indépendamment des quatre précédents. D’ailleurs l’auteur s’est mérité le prix Arthur-Ellis à trois reprises, un prix dédié à des œuvres traitant de crimes et de mystères, en plus du prix Saint-Pacôme du roman policier en 2006.

Jacques Côté sera présent au Salon international du livre de Québec qui a lieu au Centre des congrès du 5 au 9 avril.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *