Culture
21:24 15 juin 2017 | mise à jour le: 15 juin 2017 à 21:24 temps de lecture: 4 minutes

Une programmation revisitée pour les Fêtes de la Nouvelle-France

HISTOIRE. Les mordus d’histoire, mais aussi les couples et les jeunes familles qui veulent faire un saut dans le passé de façon ludique sont attendus à la 21e édition des Fêtes de la Nouvelle-France.

Le conseiller municipal Vincent Dufresne, la directrice générale des Fêtes de la Nouvelle-France, Mélanie Raymond, le président du conseil d’administration de l’événement, Benoît Bernier et le directeur de la banque TC à la succursale de Lévis, Patrick Shannon.

(Photo TC Media – Prisca Benoit)

Les Fêtes de la Nouvelle-France ont revu 70% de leur contenu cette année, après un appel de projets qui a mené à plusieurs nouvelles idées. «Ce n’était pas une volonté de faire table rase, mais plutôt de trouver des activités qui correspondaient à notre mission», explique la directrice générale de l’événement, Mélanie Raymond. Les festivités se tiendront du 9 au 13 août dans le secteur de la Place Royale et du Petit Champlain.

L’organisation a choisi d’explorer la thématique des modes de vie en Nouvelle-France. «C’est par nos différents sites que les visiteurs pourront explorer les différentes facettes des métiers et des modes de vie», poursuit Mme Raymond. C’est d’ailleurs le grand retour à la Place de Paris, hôte de la scène musicale, du marché des saveurs et de l’Auberge SAQ, après les travaux. La toute nouvelle place des canotiers accueillera pour une première année des campements militaires et des ateliers de canot y seront tenus.

Les différents métiers de l’époque seront étudiés au marché des métiers du parc de la Cetière. À la Batterie royale, les curieux auront droit à diverses démonstrations, comme le travail d’un forgeron, la fabrication de balais et le soin des malades. Les visiteurs découvriront aussi les légumes de l’époque dans le potager des fêtes, où seuls les légumes d’antan sont acceptés. Au revoir, les patates!

Clientèle rajeunie

Sans dénaturer les fêtes, on a tenu à leur ajouter un côté ludique qui allait plaire aussi bien aux jeunes familles qu’aux couples venus se balader en ville. Ce changement s’est notamment fait par le sigle de l’interactivité, croit Mélanie Raymond. «On peut penser par exemple aux animations de Tourisme Wendake avec qui les visiteurs pourront réaliser leur propre bâton de la parole», donne-t-elle comme exemple.

Les spectacles de la scène TD commencent en trombe, avec le groupe Carotté qui offrira une performance punk-trad. Le lendemain, le chanteur originaire de Québec Karim Ouellet viendra chanter ses nouvelles créations. Après le groupe Bons Débarras le vendredi, l’auteur-compositeur-interprète acadien Cayouche sera de retour à Québec où il avait connu un vif succès. «C’est bien important pour nous de ne pas seulement célébrer l’histoire, mais aussi la francophonie», ajoute Mélanie Raymond.

Après un premier essai l’an passé, les défis 100% colon reviennent avec deux activités de plus, soit l’aiguille dans la botte de foin et le lancer du poulet… de plastique. «Ce sont des défis ludiques qui reprennent un peu la façon dont les gens s’amusaient en Nouvelle-France», affirme Mme Raymond. Le défi du plus grand mangeur de blé d’Inde, tout comme la course de brouette signée Marto Napoli seront de retour à la place de Paris.

On a tenu à souligner l’arrivée des premiers colons en Nouvelle-France avec un clin d’œil à deux pionniers sur le médaillon des fêtes: Marie Rollet et Louis Hébert. On y représente un livre, symbole de la femme qui a œuvré dans l’éducation des Amérindiens, ainsi qu’une gerbe de blé pour le travail du père de l’agriculture. Une conférence de Jacques Mathieu leur sera d’ailleurs dédiée.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *