Culture
23:40 1 juin 2017 | mise à jour le: 1 juin 2017 à 23:40 temps de lecture: 4 minutes

SCRAP: une vie de poubelles pour les finissants

SPECTACLE. Acrobates, clowns et performeurs ont envahi la capitale avec le retour des Jours de Cirque de l’École de cirque de Québec. L’événement annuel arrive à son apogée, avec la présentation du spectacle des étudiants à la formation professionnelle de l’école.

Miliève Modin-Brisebois fait vivre des sensations fortes lorsqu’accrochée au mat chinois.

(Photo TC Media – Prisca Benoit)

Ne vous arrêtez pas au terme étudiant: ceux de l’école de cirque ont tous des artistes de cirque professionnel. Leur spectacle, SCRAP, est la somme de tous leurs efforts au cours des dernières années. «C’est un show où on est tous vraiment mis en valeur, estime Miliève Modin-Brisebois, étudiante en troisième année à l’école de cirque de Québec. On se sent bien de finir avec un bon spectacle, ça fait du bien.»

Le menu du spectacle présenté tous les soirs jusqu’au 4 juin est costaud: 2h15 de performance circassienne avec entracte. «On est comme dans un espèce d’écocentre géant», s’amuse la metteure en scène du spectacle, Geneviève Kerouac. Le spectacle représente une journée de ce peuple imaginaire qui vit dans les poubelles. La musique est métallique, teintée de cliquetis et de percussions, accompagnée de chant. Un mélange de plastiques, textiles, capot d’automobile et objets non-identifiés composent l’imposant décor.

Geneviève Kerouac a dirigé les étudiants de l’École de cirque pour ce spectacle.

(Photo TC Media – Prisca Benoit)

Pour la metteure en scène, le défi était de trouver le fil conducteur qui allait pouvoir relier l’ensemble des disciplines des finissants de l’école de cirque de Québec. «Cette année, ils ont beaucoup de matériel», concède-t-elle. Mats chinois, roues, fil de fer, bascules: autant d’éléments à incorporer à un seul décor.

Pour Geneviève Kerouac, le plus beau défi lorsqu’on monte un spectacle de cirque est d’aller chercher l’émotion chez le spectateur. «C’est facile d’impressionner, parce que les étudiants sont impressionnants de base, croit-elle. Mon défi comme metteure en scène, c’est d’essayer de toucher, au-delà du spectaculaire.»

Pour l’instant, c’est surtout la fébrilité qui s’empare des étudiants, qui offraient jeudi leur première représentation devant public. Néanmoins, l’étudiante spécialisée en mat chinois s’attend à ce que l’émotion les gagne à mesure que la fin approche. «On est vraiment tous extrêmement proches, c’est comme notre famille ici, illustre-t-elle. C’est sûr qu’au dernier spectacle, on va se mettre à pleurer sur le stage et on va crier deux fois plus fort.»

Programme varié

La fête a commencé le 23 mai dernier, avec la présentation des ZoomCirque dans deux endroits stratégiques de Québec: la place de l’Université-du-Québec dans Saint-Roch et l’intersection de la 6e rue et de la 3e avenue dans Limoilou. Les étudiants de la formation professionnelle de l’École de cirque présentaient des spectacles extérieurs gratuits à quelques reprises au cours de la journée. Ils sont désormais occupé par la présentation de leur spectacle de fin d’année, la dernière étape à franchir pour certains d’entre eux rendus à leur troisième année.

Pour ceux que le cirque aurait piqué la curiosité et qui voudraient se prêter au jeu, le parvis de l’église de l’École de cirque s’animera toute la fin de semaine à venir. Des ateliers et des spectacles sont au programme tout le week-end, et ce, beau temps, mauvais temps. C’est l’occasion de faire la rencontre de certains artistes et de découvrir l’univers de l’école.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *