Culture
21:31 24 mars 2016 | mise à jour le: 2 juillet 2019 à 17:53 Temps de lecture: 3 minutes

L’aventure américaine de Daniel Blouin

CULTURE. « Pensez-vous faire un changement dans votre vie? », telle est la question que Daniel Blouin posait dans les couloirs du Madison Square Garden de New York pour faire la promotion de son livre «Breakout», version anglaise de «Sorties de Zone».

«Fantastique, surréelle, magique! La meilleure expérience de toute ma vie. C’est le début d’une belle aventure», a lancé d’entrée de jeu l’homme de Lac-Beauport sans hésitation.

Le 21 mars dernier, les Rangers accueillent les Panthers de la Floride, dans le cadre d’une joute de la Ligue nationale de hockey (LNH). Sans aucune invitation, Blouin débarque dans l’édifice situé en plein cœur de Manhattan pour le grand lancement de la version anglaise, traduite par une maison d’édition de l’Arizona.

Paru en avril 2014, le bouquin «Sorties de Zone» est rapidement devenu un bestseller dans la Belle Province. Depuis, M. Blouin est sollicité pour donner des conférences. Il en a donné plusieurs aux quatre coins du Québec.

Tranquillement, il traverse les frontières. En effet, il s’est déjà livré à Paris. Il est aussi attendu en Belgique et en Polynésie française dans les prochains mois.

« Après les conférences, les gens viennent me parler. Ils ont tous une histoire à me conter. La dernière fois, j’ai vendu plus de livres qu’il y avait de personnes dans la salle, a-t-il raconté, un peu stupéfait de la portée sentimentale de son histoire. Le changement, ça touche tout le monde. »

Dans les mains de Hollywood

Daniel Blouin a lui-même vécu un important changement dans sa vie. Fondateur de «Mercure Communication» en 2001, il a vendu ses parts après douze ans avant de plonger dans l’inconnu.

En attendant de trouver sa nouvelle vocation, il a déneigé les rues de la Ville de Québec, il a donné un coup de main à un huissier et a arrosé la patinoire du Red Bull Crashed Ice. Il n’avait aucune connaissance de ses talents en écriture.

Lors du dernier Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, il a hébergé deux joueurs de Los Angeles. Il demande naïvement à l’un d’eux s’il a déjà croisé des vedettes de Hollywood. L’adolescent lui répond : « Régulièrement, mon oncle est [l’acteur] Vince Vaughn. »

Il n’en fallait pas plus pour que l’auteur donne des copies de son bouquin à la mère du garçon. Cette dernière a eu la responsabilité d’en donner une à son frère et une autre à son voisin, Marty Mcsorley, un ancien joueur de la LNH.

« La beauté d’un livre, c’est qu’on sait jamais dans quelles mains il va tomber », a lancé celui qui retournera au pays de l’Oncle Sam à l’automne prochain le temps d’une conférence à Los Angeles, sa première en sol américain.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *