Culture
21:28 1 août 2015 | mise à jour le: 1 août 2015 à 21:28 temps de lecture: 3 minutes

Harmonie en sol forestier

MUSIQUE. Au cœur de la forêt Montmorency, à la brunante, les Naturalistes accordent violon, guitare et contrebasse, s’installent dans leur canot avec flûte et didgeridoo et offrent à leurs spectateurs un spectacle haut en couleur, quoiqu’illuminé seulement par lune et étoiles.

Les concerts fauniques de la Forêt Montmorency, la plus grande forêt consacrée aux études universitaires, se font au coucher du soleil, lorsque l’air tombe plus calme et que la nature se réveille. À cet instant, Pierre Vaillancourt, le directeur artistique du projet, et ses cinq musiciens prennent place dans leur embarcation et partent sillonner le lac Bédard. «On obtient à cet instant une acoustique exceptionnelle, confirme Pierre Vaillancourt. Le son bondit sur l’eau et fait écho jusqu’aux montagnes. C’est vraiment comme un amphithéâtre naturel.»

Les spectateurs sont pour leur part installés en bordure du lac, sans rien pour leur donner une idée de ce qui se passe sur le lac, sauf le bruit des rames sur l’eau et les surprises de la nature. «Ce n’est pas un spectacle à grand déploiement avec éclairage et ampli, explique le directeur artistique. Tout est acoustique, en pleine noirceur, en harmonie avec la nature.» Seuls quelques lampions illuminent le chemin des spectateurs vers leurs sièges, à la sortie de l’autobus.

Le rituel des spectacles

À chaque concert, les six musiciens commencent par recevoir leurs invités dans la salle de l’auditorium du pavillon principal de la Forêt Montmorency. Ils en profitent pour leur présenter le spectacle qui suivra. Tous lèvent l’ancre ensuite pour aller s’installer au Lac Bédar, 12 kilomètres plus loin, où les seuls sons audibles sont ceux de la nature environnante. «Ça fait partie de notre spectacle, croit Pierre Vaillancourt. Lors d’une performance en l’honneur des loups, une meute s’est mise à hurler à la lune au moment où nous finissions. On ne pouvait pas demander mieux.»

À la fin des concerts, alors que les spectateurs quittent en silence cet événement au concept unique, les musiciens retrouvent la berge. «Ce n’est pas des conditions faciles pour jouer avec l’humidité et les canots, admet le violoniste Grégory Effelson. Mais c’est une chance que nous avons de pouvoir profiter de cet environnement.» Les profits des soirées et des disques vendus contribuent à financer des visites à la Forêt Montmorency pour des groupes d’enfants du primaire.

Les concerts fauniques ont lieu tous les samedis jusqu’au 29 août au lac Bédard dans la Forêt Montmorency. Il en coûte 44,98$ par personne, des forfaits souper spectacle avec ou sans hébergement sont aussi disponibles. 

Québec Hebdo

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *