Culture
16:20 3 avril 2013 | mise à jour le: 3 avril 2013 à 16:20 Temps de lecture: 3 minutes

Découvrir la vie d’un gardien de phare

Pour ce sixième roman, Pierre-Jacques Gauthier change de registre. Plus habitué à écrire sur le drame des enfants du tiers-monde qu’il a vécu lors de ses voyages humanitaires, l’auteur décrit ici la vie d’un gardien de phare.

Dans Une fenêtre dans le ciel, publié aux Éditions la Plume d’oie, l’auteur, Pierre-Jacques Gauthier, raconte la vie d’Étan, qui est parsemée de souffrances, de joies et d’aventures. Ce gardien de phare, qui vit sur une île irlandaise, voit les bateaux passés en direction de l’Amérique. L’histoire commence en 1838, époque où les Irlandais ont immigré vers l’Amérique. «Je focuse sur le temps et la sagesse de l’homme», explique-t-il.

«J’avais le goût d’écrire sur la vie d’un gardien de phare, dans un lieu qui représente beaucoup pour la navigation et qui a un sens par rapport à l’homme», confie l’écrivain, qui vit la moitié de l’année à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier et l’autre moitié sur son bateau.

L’auteur avoue aimer raconter la vie des gens. «Le gardien de phare avait une vie de solitaire. On ne le voyait pas comme un héros, mais comme un fou pour accepter de vivre sur un rocher. Et pourtant, un phare représente la lumière, la sagesse, la route et la prudence», poursuit-il.

À travers ce roman, Pierre-Jacques Gauthier amène le lecteur à philosopher sur la vie. «Tous mes personnages ont le même rêve : trouver un monde meilleur. Malheureusement lorsque l’on traverse vers ce nouveau monde, nous le faisons avec nos forces et nos faiblesses. Nous répétons nos erreurs», relate-t-il.

Pour autant, ce planificateur financier, propriétaire de sa compagnie située à Sainte-Foy, se défend de vouloir imposer ses visions. «Je ne prétends pas dire la vérité. Mes écrits peuvent aider les gens à analyser leur propre vie.»

Cet humaniste n’écrit pas pour l’argent. En effet, il a jusqu’à maintenant versé ses droits d’auteur à plusieurs organismes humanitaires.

Pierre-Jacques Gauthier ne compte pas s’arrêter à ce sixième roman. «J’ai déjà commencé l’écriture d’un nouveau livre intitulé Le visiteur . Je parle d’un visiteur qui vient d’ailleurs. Ce roman sera, encore une fois, différent des autres», assure l’auteur.

Le lancement d’Une fenêtre dans le ciel aura lieu le 7 avril, à 14 h, au Yacht-Club de Québec, en présence de Gilles Caron, fils de gardien de phare. Pierre-Jacques Gauthier sera également présent au Salon du livre de Québec, du 10 au 14 avril.

Pour visionnier le film L’héritage d’un rêve, réalisé l’été dernier.

 

Le Québec Express, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *