Culture
22:00 12 avril 2016 | mise à jour le: 12 avril 2016 à 22:00 Temps de lecture: 3 minutes

Photographies du Québec jusqu’en Chine avec Claude Fortin

EXPOSITION. Adepte de la nature d’ici et d’ailleurs, le photographe Claude Fortin croque le portait des paysages et des animaux qui tombent sous son œil. Ses photographies ont voyagé jusqu’en Chine, où s’est tenue une exposition sous le thème du Nord québécois.

Pour Claude Fortin, cette exposition est arrivée comme un cadeau, alors qu’une dame responsable de l’exposition, une dénommée Christine Zhao, l’a approché pour exposer ses clichés. «Ça ne se refuse pas une offre comme celle-là! croit le photographe. Je lui ai envoyé une sélection de photos et finalement, j’en ai huit qui ont été exposées.»

Pendant deux semaines, du 15 mars au 1er avril dernier, une moyenne de 6000 personnes par jour passait devant les photographies de M. Fortin dans une bibliothèque non loin de Shanghai. Au total, c’est près de 100 000 personnes qui ont pu découvrir le Nord du Québec à travers ces clichés.

Une passion dès l’enfance

Claude Fortin est féru de photographie depuis sa tendre jeunesse, alors qu’il reçoit, encore enfant, un ensemble pour développer des négatifs en noir et blanc. «C’est juste que quand tu commences, après tu as besoin d’autres négatifs, et d’autres produits, et ça continue!», lance-t-il. Au début de sa vie adulte, il achète son premier appareil photo entièrement manuel.

Le Saint-Ferréolais s’était d’abord intéressé à l’astrophotographie. «Maintenant, avec la technologie, c’est un peu moins compliqué, mais à l’époque, ça prenait vraiment une longue exposition comme il n’y a pas beaucoup de lumière.» Cet art le mène à sa première exposition en 2003, spécialement réservée à cette discipline.

La même année, à l’occasion du festival de l’oie des neiges, l’homme a pris ses premières photos animalières. «Il y avait des centaines d’oies cette année-là, c’était très impressionnant, se souvient-il. Une fois que j’ai pris mes premières photos animalières, je me suis dit que je devais photographier d’autres sortes d’animaux différents!» Sa passion l’a mené jusqu’au festival de photo animalière de Montier-en-Der, un des plus prestigieux festivals de cette discipline, en 2013.

À l’aube de sa retraite, Claude Fortin a déjà quelques idées de voyage en tête. «J’aimerais beaucoup retourner dans l’Ouest américain, commence-t-il. Peut-être que je verrai des grizzlys cette fois-ci! Sinon, je n’ai jamais fait l’Ouest canadien. Ça pourrait être bien aussi.» Amateur de plein air, le photographe a exploré les sentiers des provinces maritimes et du Nord du Québec, où plusieurs photos de l’exposition ont été prises.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *