Culture
18:57 6 octobre 2009 | mise à jour le: 6 octobre 2009 à 18:57 temps de lecture: 3 minutes

Julie Picard, une sculpteure en or

Julie Picard n’oubliera jamais sa participation aux VIe Jeux de la Francophonie. La sculpteure, originaire de Boischatel, revient de son voyage à Beyrouth, au Liban, avec une médaille d’or au cou.

L’artiste de 31 ans, qui vit à Québec, a devancé Sarah Beck du Canada et un représentant du Cameroun.

Lors de cette importante compétition internationale, sportive et culturelle, qui avait lieu du 27 septembre au 6 octobre, Mme Picard a fait la lutte à 29 autres sculpteurs de pays de la Francophonie.
«Ma participation aux Jeux de la Francophonie sera l’occasion de mettre mon talent à l’épreuve dans une compétition, de faire des rencontres et créer des liens utiles pour mon cheminement artistique, de plonger dans un bain d’artistes internationaux actuels, de développer un réseau de contacts, de connaître de nouvelles cultures, de présenter le fruit de mon travail à plusieurs milliers de personnes, de bénéficier d’une reconnaissance internationale, d’être diffusée à travers une médiatisation importante et de prospecter de nouveaux marchés», avait-elle affirmé à L’Autre Voix, avant de s’envoler pour la capitale du Liban.

Conflits armés

Le titre du projet de Julie Picard (Le principe de la proportionnalité) fait référence aux conflits armés qui font l’actualité.
«Inspirée par ce théâtre opérationnel, je souhaite mettre en scène une réflexion sur la rivalité. Deux canons braqués en papier face à face, parés à la riposte. Un dialogue où l’on répond par la bouche de ses canons. Une installation miroir. La réplique deviendra son propre reflet», a expliqué Mme Picard.
«Dans les airs, avec ses tonalités grisonnantes de papier journal et ses alvéoles, l’œuvre ne manque pas d’évoquer un nid de guêpes. Sauf les insectes, ce sont les mots, les milliers de mots imprimés du journal qui semblent s’activer, se désactiver», a-t-elle ajouté.

Cet honneur s’ajoute au Prix Videre Relève d’excellence des Arts et de la Culture de la Ville de Québec et la Bourse de soutien aux artistes de la relève de la Capitale-Nationale qu’elle a remportés en 2008. Pour plus de renseignements, consultez le site Internet http://www.juliepicard.net.

Autre honneur pour la Côte

Une autre artiste originaire de la Côte-de-Beaupré (Château-Richer), Valérie Forgues, a brillé aux Jeux de la Francophonie. En littérature, son texte a reçu une mention spéciale. À Beyrouth, l’auteure de 31 ans a présenté une nouvelle intitulée Les Herbes blondes.
«C’est un texte au ton intime et très personnel qui parle d’absence, de deuil, de douleur, mais aussi de libération et d’amour», a confié l’artiste qui réside maintenant à Québec. (M.C.)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *