Culture
16:13 24 septembre 2014 | mise à jour le: 24 septembre 2014 à 16:13 Temps de lecture: 3 minutes

Willie Beaulieu, «le Arthur Villeneuve de la sculpture naïve de Montmorency»

SCULPTURE. À l’image du célèbre peintre naïf de Chicoutimi, Arthur Villeneuve, le sculpteur sur bois Willie Beaulieu de Saint-Grégoire de Montmorency a fait de sa maison de la 108e Rue un véritable musée qui regroupe maintenant plus d’une cinquantaine de ses œuvres en art populaire.

«Willie est un travailleur et un créateur infatigable. C’est inimaginable ce qu’il peut faire dans une journée. Il gagne à être connu et il faut que ses œuvres sortent de sa maison pour que les gens apprécient tout son talent et ses habiletés», confie au Beauport Express, l’un de ses grands admirateurs et ami, Gilles Therrien, qui n’hésite pas à le surnommer «le Arthur Villeneuve de la sculpture naïve de Montmorency».

Grand amoureux de musique western et country, Willie Beaulieu a débuté à travailler le bois à l’âge de 15 ans et il continue toujours à le faire par plaisir 55 ans plus tard.

«Je suis rendu à 70 ans et j’adore ça encore. C’est un enchantement pour moi de faire de la sculpture. C’est comme de l’or. J’ai été beaucoup éprouvé par la maladie au cours des dernières années. J’ai un bon moral grâce à ce loisir qui me passionne. On a tous un destin et il faut savoir comment le prendre», souligne l’artiste qui est en attente d’une opération pour soigner un cancer du poumon.

Son rêve, tenir une exposition

Willie Beaulieu a toujours été gêné et il passe ses émotions dans la sculpture. Le résident de la 108e Rue travaille sans relâche depuis plusieurs années et la cinquantaine d’œuvres qui décorent sa maison en témoignent.

«Comme Arthur Villeneuve, Willie a tout transformé dans sa maison, des armoires, des meubles, des espaces de rangement, des tables de salon, un cendrier en lampe, et ses sculptures sont rehaussées par des collages de perles synthétiques décoratives. Très généreux, il en a beaucoup données à des résidents de Montmorency. Il a déjà fait un chapelet de truites qu’il a offert à des amis pour leur porter chance. Son rêve est maintenant de pouvoir tenir une exposition dans un endroit public comme la salle Jean Paul-Lemieux à la bibliothèque Étienne-Parent ou la Maison Vézina à Boischatel», ajoute M. Therrien.

Natif de Vanier et demeurant à Beauport depuis 40 ans, dont les 12 dernières dans le quartier Montmorency, Willie Beaulieu envisage l’avenir avec espoir et aimerait bien pouvoir partager un jour sa passion avec des amateurs d’art populaire d’un peu partout.

«Toute l’inspiration vient de ma tête et je me sens prêt maintenant à m’ouvrir un peu plus sur le monde extérieur», conclut l’artiste que l’on peut rejoindre au 418 667-7935 pour toute proposition d’exposition de sa grande collection de sculptures naïves.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *