Culture
16:00 24 août 2018 | mise à jour le: 24 août 2018 à 16:00 temps de lecture: 3 minutes

Yvan Bédard: de la géomatique à la photo

À première vue, passer de la géomatique à la photographie peut sembler une réorientation atypique. Pourtant, à y regarder de plus près, le changement de carrière d’Yvan Bédard s’avère tout ce qu’il y a de plus complémentaire.

Produites en grands formats, les œuvres de l’expo «Contemplation» donnent l’impression de faire partie du paysage.

Photo gracieuseté – Yvan Bédard

Ce professeur émérite de l’Université Laval ne fait que délaisser le trépied d’arpentage pour celui de la caméra. Il remplace les images cartographiées par celles des paysages. Le scientifique international met à profit les connaissances acquises pour bonifier l’exercice de sa passion du cliché. Désormais, l’artiste photographe exprime sa vision du territoire à travers la lentille de ses caméras.

«La vie de photographe paysager tout comme la vie d’homme de science nous amènent à observer le monde sous un oeil différent. Toutefois, note-t-il, malgré la trentaine de pays visités, ce sont toujours les photographies prises au Québec que je vends le plus et qui se promènent dans le monde, car il est plus facile de saisir l’esprit d’un lieu, de transmettre l’émotion que l’on y vit lorsqu’on le connaît bien.»

Natif de Saint-Raymond, dans Portneuf, Yvan Bédard a toujours valsé entre les sciences et les arts. Du dessin, en passant par la sculpture et par la peinture, c’est avec l’achat de sa première caméra numérique, en 2003, que l’amour de la photographie s’est immiscé dans sa vie. Au point où, en 2014, le professeur-chercheur prend une retraite hâtive pour se consacrer à plein temps à la photographie paysagère.

«Mon amour pour la nature et l’exploration du territoire, en plus de l’amour du dessin et de l’observation minutieuse des lieux, est un point commun à la profession d’arpenteur-géomètre et celle de photographe paysager. Explorer des territoires nouveaux, voyager au Québec et passer beaucoup de temps en nature, précise-t-il, ont marqué mes premières années en arpentage et marquent maintenant mes années en photographie.»

Exposition aboutie

Comptant des clichés affichés aux quatre coins de la planète, Yvan Bédard fait escale jusqu’au 2 septembre à la Galerie d’art – Loft de création Gisèle Boulianne, située au 55 rue du Sault-Au-Matelot, à Québec. Intitulée «Contemplation», cette 12e exposition solo présente une série de photographies invitant l’observateur à un temps d’arrêt et à un moment de plénitude en relation avec la nature.

De l’avis de l’auteur de ces œuvres tantôt apaisantes tantôt dramatiques, il s’agit de sa prestation la plus achevée. «L’expérimentation de la puissance du contraste noir et blanc et de l’amplitude du grand format contribue au sentiment d’immersion, observe-t-il. La charge émotive qui en émane donne l’impression au spectateur de faire partie du paysage illustré comme s’il se trouvait sur place.»

Pour plus d’information: www.yvanbedardphotonature.com

Yvan Bédard a troqué le trépied d’arpentage pour celui de la caméra.

Photo gracieuseté

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *