Culture
21:27 29 juin 2007

C’est reparti pour le Jardin des Iris

Une troisième saison de cueillette s’ouvrait le 23 juin dernier au nouveau site du jardin collectif des Iris sur la rue de l’Innovation.

Maintenant situé face à la bibliothèque Félix-Leclerc de Val-Bélair, le jardin est désormais accessible aux familles sans véhicule. Quatre fois plus vaste que l’ancien site de la rue Sainte-Geneviève, il pourra accueillir jusqu’à 30 familles.
«L’ancien terrain était loué, explique Noella Dionne, présidente du jardin, celui-ci est prêté par l’arrondissement ce qui dégagera certainement des montants pour des améliorations, comme l’ajout d’arbres fruitiers prévu cette année.»

Cette saison, 25 familles y participent, soit trois fois plus qu’à la première année.

La présidente, qui est de l’aventure depuis ses débuts, préfère qu’on parle de jardin collectif plutôt que communautaire. «À la différence d’un jardin communautaire, où chacun cultive ses produits, ici on se partage toutes les tâches et les récoltes», précise-t-elle. Le seul désavantage que voit Mme Dionne au jardin collectif est qu’il faut prendre chaque décision de façon démocratique ce qui est parfois plus laborieux.

Des représentants de toutes les générations participent au jardin. Comme ces gens s’impliquent dans toutes les tâches, ils développent, selon Mme Dionne, un sentiment d’appartenance.

Pour Andrée Morin et sa petite famille, qui participent au projet, c’est une très bonne façon d’initier les familles à l’agriculture. «Je ne connais rien à cela explique-t-elle, de partager les tâches de A à Z avec des gens d’expérience me permettra de mener à terme une récolte, ce que je n’aurais probablement pas osé tenter par moi-même».

Les familles arrivent généralement à récolter assez de légumes pour subvenir à leur besoin annuel. Ça ne devrait pas se démentir cette année avec la prolongation de la saison et les récoltes d’automne.

Quoi qu’il advienne, rien ne sera perdu, les fermiers de ville utiliseront même la cuisine collective de Val-Bélair, en fin de saison, pour faire des conserves et certains produits en trop pourraient être remis à Moisson Québec.

La Rédaction


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette