Culture
20:51 1 mai 2010

Dernière commémoration du 250e anniversaire de la victoire de Sainte-Foy

La Corporation de la victoire française de Sainte-Foy en 1760 tenait cet après-midi au parc de la Visitation une cérémonie commémorative pour souligner la dernière victoire française en Amérique. Et comme qui dit victoire dit chant élogieux, Louise Courville, directrice fondatrice de l’ensemble Nouvelle-France, a interprété son hymne aux soldats vainqueurs, un chant qui ramène la question identitaire au cœur des débats.

Sur le site même des premiers affrontements – Murray a dû abandonner l’église de Sainte-Foy – Louise Courville tenait à commémorer la dernière victoire française en Nouvelle-France. Celle qu’elle nomme Nouvelle-France officielle en tout cas parce que pour la musicienne passionnée d’histoire, la Nouvelle-France existe encore, officieusement du moins.

Le chant, composé à partir d’un morceau bien connu à l’époque, l’air de la victoire de Carillon survenue en 1758, se veut réunificateur. «Il a été composé pour redonner aux Québécois de toutes souches leurs racines historiques. La musique réunit les gens», estime Mme Courville.

Impossible pour l’amateure d’histoire de parler de la bataille de Sainte-Foy sans aborder le thème de l’identité québécoise. «On vit une certaine morosité au Québec sur le plan identitaire. À mon avis, c’est principalement dû au fait que l’histoire a été très peu enseignée depuis 20 ans. La devise du Québec a beau être Je me souviens, les jeunes ne se souviennent plus», affirme l’artiste engagée.

La directrice de l’ensemble Nouvelle-France déplore que les défaites francophones – lire la bataille des Plaines d’Abraham – fassent couler tant d’encre alors que les victoires sont célébrées avec si peu de faste et grâce au seul concours d’organismes bénévoles. «C’est la victoire du grand courage de nos ancêtres, elle devrait être fêtée de façon grandiose!»

Le DVD de l’ensemble Nouvelle-France est disponible au Musée de la civilisation et au Musée national des beaux-arts de Québec.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *