Culture
18:44 7 septembre 2017 | mise à jour le: 7 septembre 2017 à 18:44 Temps de lecture: 3 minutes

Nouveau roman pour Sylvie Nicolas

LECTURE. Sylvie Nicolas publiera son prochain roman le 13 septembre prochain, Le cri de la sourde aux éditions Druide. Elle a écrit au total une trentaine de titres en carrière, dont une quinzaine pour les jeunes. Pleins feux sur cette inspirante auteure aux milles richesses.

Par Mona Lechasseur

Mme Nicolas a pris beaucoup de plaisir à intégrer des faits historiques de la Gaspésie à son récit.

(Photo TC Media – Mona Lechasseur)

Dès les premières pages du roman, on se sent littéralement plongé dans l’intimité de la famille protagoniste, qui vivra au cours du récit toutes sortes de moments façonnés à partir de suppositions, de rumeurs et de morceaux d’histoires entremêlées qui traversent les époques. Au fil du roman, on en apprend davantage sur les personnages, leurs peurs, les effets de la disparition d’un proche sur eux et leurs moments de qualité vécus ensemble dans les situations ordinaires et insolites de la vie. On a l’impression qu’il y a du vrai dans le récit. «En fait, les personnages qui ont des noms étranges ont tous réellement existé», avoue Mme Nicolas.

Mme Nicolas est récipiendaire de nombreux prix et reconnaissances.

(Photo TC Media – Mona Lechasseur)

Profondeur et richesse du récit

Cette auteure de Québec a façonné son histoire avec rythme et intelligence. «Quand j’écris, c’est comme si j’entendais le rythme des mots qui se forment dans ma tête», explique-t-elle. Les lecteurs expérimentés apprécieront la complexité des histoires qui se chevauchent, et les détails des lieux et des personnages rédigés dans un style teinté de poésie.

On sent aussi des parcelles de la vie de l’auteure dans ce roman. «J’ai l’impression que Le cri de la sourde était en moi dès mon plus jeune âge, révèle-t-elle. C’est en quelque sorte un hommage au silence de ma mère sur ses propres souvenirs et sur les histoires qu’elle a vécues.»

L’inspiration d’une région

Ayant passé ses étés d’enfance en Gaspésie, cette région l’inspire énormément. «La Gaspésie, c’est presque un personnage dans le roman», s’exclame Mme Nicolas. La mer et ses marées, les paysages et le souffle du vent éveillent sa créativité.

Cette nouvelle doctorante en création et recherche a d’ailleurs pris plaisir à fouiller les archives et les vieux livres pour découvrir des fragments d’histoire de la Gaspésie, où a lieu le récit. Ce contenu historique, quoique secondaire, apporte une profondeur et une richesse au roman.

Au sommet de son art

Maniant aussi bien la langue de Molière que celle de Shakespeare, Mme Nicolas est aussi traductrice littéraire et cumule de nombreux prix et reconnaissances. Entre autres, elle s’est trouvée deux fois finaliste au Prix du Gouverneur général. En 2013, elle a reçu le prix Jean-Noël-Pontbriand en tant que première lauréate, créé par le Printemps des poètes et l’Université Laval.

Le lancement de son roman aura lieu le 13 septembre à la Librairie Laliberté de Ste-Foy.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *