Culture
16:41 15 avril 2014 | mise à jour le: 15 avril 2014 à 16:41 temps de lecture: 4 minutes

La vie de quartier sur Maguire, d’hier à aujourd’hui

PATRIMOINE – Douze étudiantes au baccalauréat en ethnologie et patrimoine de l’Université Laval ont relevé le défi de s’approprier l’histoire de Sillery de 1930 à aujourd’hui. Elles ont livré le fruit de leur travail en vidéos, activités et animation théâtrale.

Les trois actions culturelles ayant pour thèmes «Vivez Sillery» (atelier pour les élèves de 5e année du primaire), «Au fil du temps» (mise en valeur de la Guilde des dentellières et des brodeuses) et «Maguire, une histoire à la fois» (vie de quartier sur l’avenue Maguire et l’histoire de ses commerçants).

Ces projets, réalisés dans le cadre du cours «Traditions et actions culturelles», marquent le coup d’envoi des célébrations du 50e anniversaire de l’arrondissement de Sillery et du 30e anniversaire de la société historique de Sillery en 2014.

En collaboration avec les étudiantes de l’Université Laval, la société d’histoire pourra utiliser le matériel des trois groupes d’étudiantes, en dynamisant son site web et sa page Facebook, notamment par la mise en ligne de textes et vidéos.

«Les étudiantes ont effectué beaucoup d’enquêtes orales auprès d’informateurs du quartier. Le patrimoine est en évolution, mais on a voulu savoir ce qui nous permet de se réapproprier le patrimoine. On est allés interroger les personnes ordinaires qui ont su insuffler une vie de quartier», explique Christine Bricault, chargée de cours en ethnologie et patrimoine de l’Université Laval.

Dialogue intergénérationnel

L’équipe d’étudiantes du projet Vivez Sillery (six faits de l’histoire de 1930-1980) a voulu sensibiliser les jeunes à l’importance de l’histoire locale, de leur rôle social, mais aussi susciter un dialogue intergénérationnel entre les élèves de 5e année de Saint-Michel de Sillery et leurs grands-parents.

«On veut faire prendre conscience aux jeunes qu’il y a déjà eu une vie de quartier différente de la leur, comme la plage de l’Anse au Foulon, où la baignade était permise, ou encore le sous-sol de l’école Saint-Michel, qui a déjà servi comme cinéma de quartier», cite l’une des étudiantes, Myriam Nickner-Hudon.

De la dentelle à l’avenue Maguire

Un autre groupe d’étudiantes s’est attardé à la Guilde des dentellières et des brodeuses dans l’évolution de leur pratique, leur savoir-faire artisanal et la transmission des connaissances.

«Nous avons préparé des vidéos pour présenter la Guilde. Les femmes qui en font partie collaborent notamment aux Fêtes de la Nouvelle-France, mais aussi au sapin de Noël du Musée de la civilisation, avec une très longue guirlande en dentelle», exprime Sabrina Gendron.

D’autres vidéos sont produites par des étudiantes en ethnologie et patrimoine de l’Université Laval, mais cette fois pour mettre en valeur l’avenue Maguire, avec «Maguire, une histoire à la fois». «Un fait intéressant sur cette artère, c’est qu’elle a été une ancienne charcotte qui partait du haut de la côte jusqu’à l’église Saint-Michel. Ce mot est une déformation française du mot anglais « shortcut ». Elle a tout simplement pris de l’expansion avec le temps», résume Évelyne Fortier.

Des vidéos seront disponibles sur le site web + page Facebook de la Société d’histoire de Sillery. Plus de détails au https://www.facebook.com/pages/Soci%C3%A9t%C3%A9-dhistoire-de-Sillery/501293813255528

Quelques commerces ayant forgé l’histoire de Sillery

– La défunte quincaillerie 5-10-15

– Épicerie Roset

– Librairie Vaugeois

– Caisse populaire de Sillery

(Liste établie par les étudiantes en ethnologie et patrimoine de l’Université Laval)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *