Culture
12:51 17 septembre 2014 | mise à jour le: 17 septembre 2014 à 12:51 temps de lecture: 2 minutes

Une rétrospective viscérale

EXPOSITION. Du 17 septembre au 14 décembre, la maison Hamel-Bruneau présente l’exposition Bill Vincent. Enracinements (1972-2014) , une rétrospective du parcours créatif de l’artiste ontarien devenu un Québécois d’adoption, reconnu pour sa maîtrise de l’art de la gravure du bois.

L’exposition s’ouvre sur les premières œuvres de l’artiste, réalisées à l’adolescence, mais laissant déjà voir les germes du travail à venir. Au fil de visite apparaîtront nettement ses thèmes de prédilection – l’histoire, l’archéologie et la spiritualité (Lord of the Oyster, 1990); les cycles naturels qui régissent la vie, de la croissance à la dégénérescence (série Castel Caro); les arborescences organiques et végétales, où les racines de l’arbre s’apparentent aux nerfs du corps humain désincarné (Red Tubers, 2004).

Des thèmes renouvelés en 40 ans de carrière par une exploration constante des supports, des techniques et des matières, que Bill Vincent brûle, scie, lacère pour en libérer tout le pouvoir d’évocation. Ses plus récentes œuvres trahissent d’ailleurs l’utilisation d’une variété de nouveaux matériaux, dont l’acier oxydé, éloquente incarnation de ce passage du temps qui se trouve au cœur de la réflexion et de la recherche picturale de l’artiste.

L’exposition est accessible du mercredi au dimanche, de 13h à 17h. Entrée libre.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *