Culture
20:41 13 août 2013 | mise à jour le: 13 août 2013 à 20:41 temps de lecture: 2 minutes

Une roche inspire la création d’un roman

Une simple roche, banale en apparence, a pourtant représenté l’étincelle qui a fait jaillir plus de 800 pages du premier roman de science-fiction de Jean-Pierre Forest, intitulée «La Tour de Nulle-Part-Ailleurs».

«Ça a commencé dans les années 1980, à l’Île Verte. J’étais avec mon beau-père et mon beau-frère à la recherche de cailloux insolites. J’en ai trouvé un, que je n’ai jamais égaré. Je me disais un jour que j’allais faire quelque chose avec, mais je ne savais pas quoi. Ça me faisait penser au complexe G; je me suis dit que ça pouvait faire une tour intéressante. C’est devenu la Tour de Nulle-Part-Ailleurs», raconte le résident de Cap-Rouge.

L’intrigue de la Tour de Nulle-Part-Ailleurs se déroule dans un monde fantastique ressemblant au Moyen Âge, où se mêlent la fantaisie, la fiction, la magie et la réalité.

Une mission cachée

Se nourrissant des jeux de rôle auxquels il aime participer, sans compter les jeux vidéo et des livres de J.R.R. Tolkien, Jean-Pierre Forest campe l’action de son roman dans le pays du Monzor, où huit personnages – dont le magicien Gangloff – devront évoluer selon une intrigue qui se dévoilera au fur et à mesure, avec des actions bien précises à poser.   

«J’ai d’abord développé les personnages avant l’intrigue. Ça pouvait être à partir d’un accessoire que j’ai fabriqué, comme le chapeau de Gangloff. (…) Les personnages d’ascendance et d’origine disparates sont réunis dans une auberge du pays de Monzor. Ils ont des choses à cacher qui seront dévoilées en cours de route», détaille l’auteur de Cap-Rouge.  

Questionné à savoir s’il se retrouvait dans un personnage en particulier, Jean-Pierre Forest a résumé qu’il se reconnaissait en partie dans sa personnalité chez tous les personnages. «Dans mon roman, premier d’une trilogie, chaque personnage est passé en revue. Des personnages vont évoluer; certains vont partir, tandis que d’autres vont s’ajouter», conclut-il.

Groupe Québec Hebdo.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *