Culture
14:21 25 septembre 2013 | mise à jour le: 25 septembre 2013 à 14:21 temps de lecture: 3 minutes

L’identité autochtone au XXIe siècle s’expose

L’exposition «Qui suis-je? L’identité autochtone au XXIe siècle» réunit les œuvres de sept artistes autochtones canadiens. Elle est présentée à la maison des Jésuites de Sillery jusqu’au 15 décembre, avec comme commissaire de l’exposition, Rhéal Lanthier de la Galerie Art Mûr.

La quête identitaire s’avère une préoccupation primordiale chez les représentants de la nouvelle génération d’artistes autochtones, et leurs œuvres en témoignent amplement. Le défi de Sonny Assu, Rebecca Belmore, Nicolas Galanin, Terrance Houle, Nadia Myre, Mike Patten et Victoria Ransom est de contribuer à actualiser leur culture tout en y demeurant fidèles.

Se nourrissant d’influences diverses, ils conceptualisent leur réalité dans un langage qui leur est propre certes, mais qui s’inscrit dans un discours contemporain et mondial.

La démarche artistique des artistes

Dans ses œuvres, Sonny Assu évoque, avec humour et sans culpabilisation, son désir d’éducation sur les problématiques des Premières Nations, et ce, dans un espoir de dialogue.

Rebecca Belmore, quant à elle, désire transmettre par son œuvre la double figure marginalisée de l’artiste et de la femme autochtone en traitant de la violence physique envers les femmes de son peuple, mais également de la violence culturelle contre des groupes d’individus.

Nicolas Galanin traite des conséquences de la mondialisation sur les objets culturels et traditionnels alors que Terrance Houle aborde les stéréotypes de l’identité amérindienne et la façon dont la culture autochtone peut trouver sa place dans le tissu culturel canadien.

Quant à Nadia Myre, elle s’interroge sur l’identité par le sang, sujet qui est encore débattu aujourd’hui, alors qu’il y existe un grand écart avec le statut officiel des Amérindiens.

Pour Mike Patten, ce sont l’incompréhension des institutions gouvernementales vis-à-vis les divers groupes amérindiens et le manque d’unanimité quant aux requêtes des diverses communautés elles-mêmes qui alimentent son travail.

Victoria Ransom revient sur l’expérience traumatique de son grand-père dans un pensionnat amérindien.

L’exposition est visible du mercredi au dimanche de 13 h à 17 h. Entrée libre. La maison des Jésuites de Sillery est située au 2320, chemin du Foulon. Renseignements au 418 654-0259 ou au www.maisonsdupatrimoine.com.

(I.L.M.)

L’Appel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *