Culture
16:13 9 juillet 2016 | mise à jour le: 9 juillet 2016 à 16:13 Temps de lecture: 3 minutes

À la manière de Jack Lavoie

DISQUE. Relations humaines et valeurs positives s’accordent sur des airs pimpants de country-folk dans le dernier opus signé Jack Lavoie Band. «Out of the box» offre une trame sonore rafraîchissante, guidée par les exigences de créativité et de liberté portées par l’auteur-compositeur-interprète qui donne son nom à la formation.

Jack Lavoie fait les choses à sa manière. Une manière qui, jusqu’à présent, lui a souri, d’abord dans sa carrière d’entrepreneur à la tête des Artisans du paysage, puis dans les projets musicaux qu’il mène depuis 13 ans. Entre l’homme d’affaires et l’artiste, point d’opposition: «Ce qui m’a toujours attiré, en affaires comme en musique, c’est la créativité. La créativité nécessaire pour survivre.»

Or un artiste, pour survivre, doit penser «out of the box» – hors des sentiers battus. Jack Lavoie aura conçu son troisième album à l’aune de cette conviction. Plutôt que de s’enfermer en studio pendant trois mois pour accoucher d’un produit fini, il a travaillé une pièce après l’autre, chaque fois suivie d’un vidéoclip lancé sur les réseaux sociaux.

«La crème de la crème»

La création d’Out of the box aura ainsi mijoté pendant trois ans. «Vivre sans la pression de performer ou de vendre absolument, c’est une libération, reconnaît l’artiste de Cap-Rouge. Ce qui sort, c’est vraiment la crème de la crème.»

La «crème de la crème», en l’occurrence, ce sont des textes qui parlent d’amitié (For a friend), d’autodétermination (Be the change) et de persévérance (Silver cup). Ce sont des sonorités rehaussées tantôt par le ukulélé (Hunger for you), tantôt par l’accordéon (Save me from myself).

C’est, aussi, une harmonie d’ensemble qui doit beaucoup à la complicité des membres – Dan Cooper (Charny) à la basse, Jean-Étienne Colin-Marcoux (Québec) aux percussions et Stéphane Desbiens (Charlesbourg) qui, partenaire de la première heure, se partage entre la guitare, le clavier, la voix et la coproduction. «Le plaisir, c’est de jouer avec d’autres musiciens», admettra le maître d’œuvre de toute cette aventure.

Téléchargement

Cette aventure, l’auteur-compositeur-interprète la conjugue désormais avec la nouvelle façon de consommer la musique. Filant la métaphore du titre de son plus récent album, il dira qu’il a «sorti le disque en dehors de la boîte», réduisant les copies physiques d’Out of the box au minimum pour, plutôt, miser sur les plateformes de téléchargement.

Accessibilité, visibilité, liberté: Jack Lavoie n’y voit que des avantages pour l’artiste, ou presque. «Le problème, pour l’instant, c’est que ce n’est pas tout le monde qui paie pour le streaming, parce qu’on est en transition. Mais si tout le monde finit par payer, c’est de l’argent qui reviendra directement à l’artiste», conclut le guitariste avec optimisme.

Parmi ses influences

John Lennon – «pour son message, sa fragilité comme homme, son processus de création»

Roy Orbison – «pour sa manière de construire sa ligne mélodique»

Stéphane Desbiens – «il faut voir comment il est bien et libre avec sa guitare»

Le Jack Lavoie Band assurera la première partie de Roch Voisine lors du Festival lorettain de L’Ancienne-Lorette, le 13 août à 19h30. Pour plus d’info: http://jacklavoie.net

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *