Culture
21:16 5 novembre 2012 | mise à jour le: 5 novembre 2012 à 21:16 temps de lecture: 5 minutes

Trois dernières représentations de «Tel quel» de Jean-Michel Anctil à Québec

L’humoriste natif de Charlesbourg, Jean-Michel Anctil, se prépare à offrir ses dernières représentations dans la région de Québec de son spectacle «Tel quel» à la salle Albert-Rousseau les 29 et 30 novembre prochains ainsi que le 1er décembre. Dans ce spectacle, Anctil dévoile un côté moins connu de sa personnalité et plus personnel Où il fait preuve de sensibilité.

«Dans mes premiers spectacles, j’aimais mieux me cacher derrière les personnages comme Priscilla ou Râteau plutôt que de dévoiler certaines parties de ma vie personnelle, a commencé par dire Jean-Michel Anctil. Dans «Tel quel», je me livre comme jamais dans ce que j’appelle mes deux shows dans un. En effet, je parle de ce qui me préoccupe et de ce qui m’est arrivé comme expériences dans ma vie. Je considère ce spectacle comme une excellente ligne directrice pour le prochain spectacle que je compte présenter dans deux ans ou deux ans et demi.»

L’humoriste avoue même qu’il a déjà commencé à tester du matériel pour son prochain spectacle.

«Dans le spectacle de Jean-François Mercier, il arrivait à être touchant et drôle dans un numéro touchant l’intimidation. C’est en plein ce que je voudrais faire dans mon prochain one man show. J’aimerais parler des divers changements qui se produisent au fil du temps à différents niveaux comme le physique, le personnel, le couple, la politique, etc. Les tests que l’ai effectués se sont avérés jusqu’à présent des plus positifs. J’aurais même assez de matériel pour un futur numéro de quatre ou cinq minutes. En ce qui me concerne, j’éprouve des difficultés à débuter et à finir un numéro. Pour celui de Priscilla dans «Tel quel», j’ai au moins essayé une dizaine de fins différentes. C’est comme cela depuis le début de ma carrière», de préciser Jean-Michel Anctil.

L’humoriste estime que c’est parce qu’il est un perfectionniste maladif qu’il a toujours quelque chose à redire dans ses numéros.

«Bien souvent, ce sont les membres de mon équipe qui me disent d’arrêter de chercher la perfection et de passer à autre chose. N’empêche que le spectacle «Tel quel» permet au spectateur de décrocher de son quotidien pendant deux bonnes heures. T’arrives à la salle Albert-Rousseau, tu t’assois, tu plonges dans mon univers et tu te laisses emporter par la folie de mes différents personnages. J’invite tout spécialement les gens qui veulent rire un bon coup de lâcher les Ab-Rollers qu’on tente de vendre à la télévision et de venir assister à mon spectacle. Ils n’auront sûrement pas besoin de faire de l’exercice à leur retour à la maison», d’ajouter celui qui a fait ses études à la Polyvalente Orsainville à Charlesbourg.

Moments cocasses

Dans la dernière tournée de «Tel quel» entreprise après un arrêt d’environ six ans, il s’en est passé des vertes des pas mûres que se remémore avec plaisir Jean-Michel Anctil.

«À un numéro de la fin de la première partie lors de mon unique spectacle de rodage à Gatineau, la salle est plongée dans l’obscurité en raison d’une panne d’électricité, dit M. Anctil. Heureusement pour les spectateurs, on pouvait toujours m’entendre. J’y vais de quelques blagues de circonstance, mais l’électricité ne revient pas. Un technicien me tend une lampe de poche et je fais quelques facéties de mon cru. Je me dis en même temps qu’il faut que je poursuive le numéro. J’ai l’idée de tendre la lampe à une dame dans la première rangée et je lui dis de me suivre sur la scène. En fin de compte, ce fut tout de même un excellent dernier numéro. Alors que nous étions en train de nous arranger pour avoir de l’électricité pour la deuxième partie, l’électricité est revenue.»

À une autre occasion à Sainte-Thérèse comme il sait si bien le faire, il s’adresse à un couple dans la première rangée. C’est toutefois la dame qui répond toujours aux questions de l’humoriste.

«Je me mets à faire des signes en langage signé des sourds au conjoint. Ce dernier me répond en me disant qu’il est vraiment sourd, ce qui crée un certain malaise. Je me confonds alors en excuses et le monsieur me dit de continuer et que mon spectacle est excellent. Comme j’aime bien taquiner et rire de mes techniciens en spectacle, j’ai l’impression qu’ils sont en train de préparer un coup pendable pour me déstabiliser alors qu’il ne reste qu’une dizaine de représentations à «Tel quel». Je pense cela parce qu’ils m’ont dit que cette tournée avait été bien tranquille en ce qui les concernait », de conclure Jean-Michel Anctil.

Après les trois dernières représentations de «Tel quel » à la salle Albert-Rousseau, Jean-Michel Anctil offrira six autres représentations de son spectacle, dont la dernière le 18 décembre prochain à Gatineau, là où tout avait débuté.

Charlesbourg Express, membre du Groupe Québec Hebdo

Jean-Michel Anctil présentera son spectacle «Tel quel» à trois reprises à la salle Albert-Rousseau les 29 et 30 novembre ainsi que le 1er décembre 2012.
(Photo Denis Fortin)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *