Culture
20:25 6 mai 2015 | mise à jour le: 6 mai 2015 à 20:25 temps de lecture: 4 minutes

La Petite Maison de Geneviève Charron

ARTISANAT. Enfin, Geneviève Charron peut dire qu’elle l’a, «sa petite maison»! Après quelques déménagements de local en local au fil des années, celle qui se spécialise dans l’art de la table est désormais propriétaire de l’adresse qui abrite son commerce La Petite Maison. Du 8 au 10 mai, elle pendra la crémaillère en tenant des portes ouvertes au 9290, boulevard Henri-Bourassa pour faire découvrir boutique et atelier.

Il y a déjà sept ans que Geneviève Charron a décidé de se lancer en affaires après des études en design graphique et en multimédia et une formation en fleuristerie. La Petite Maison est d’abord née dans son sous-sol et s’affichait comme une boutique cadeau. Une raison sociale qui, se rend-elle compte, apparaît un peu trop fourre-tout pour attirer la clientèle. Aujourd’hui encore, elle se félicite d’avoir alors refait son plan d’affaires pour raffiner son créneau. Désormais, elle allait se spécialiser en art de la table.

Assiettes, bols, verres, coupes, tasses, beurriers, carafes et autres accessoires de table portent donc aujourd’hui sa griffe d’artiste. «La valeur ajoutée, c’est la personnalisation, ce que ce soit dans la couleur, la pensée écrite ou le dessin peint à la main…», explique celle qui a conçu toute une gamme de personnages et de thèmes qu’elle applique à main levée sur chaque article. Une petite équipe qui lui est devenue indispensable passe après elle pour apposer les couleurs et jouer sur les ombres et lumières.

Ce qui l’inspire? «Mes origines: la campagne, avec tout l’imaginaire qui va avec», répond Geneviève Charron, originaire du Bas-Saint-Laurent. Dans les personnages qu’elle peint, elle l’avoue, il y a un peu d’elle. Les occasions spéciales deviennent également des sources d’inspiration alors qu’elle crée des collections pour la Fête des mères, la Saint-Valentin ou Noël, sans compter les mariages.

Une passion sans limite

Sa nouvelle adresse lui permet maintenant de rêver plus grand. Si Geneviève Charron tient à garder une production artisanale à échelle humaine, sa tête fourmille de projets de développement. «Pour survivre en affaires, il faut avoir plusieurs créneaux», fait valoir l’entrepreneure.

Aussi a-t-elle aménagé un coin formation dans La Petite Maison pour des ateliers créatifs où les gens ont l’occasion d’apprendre et de réaliser par eux-mêmes des objets décoratifs à partir des modèles de l’artiste. «Je voulais partager ma passion avec des groupes», justifie-t-elle.

Développer le volet corporatif fait aussi partie de ses objectifs, de même que diversifier sa production. D’ici Noël, elle devrait lancer ses premiers napperons, nappes et chemins de table aux couleurs de La Petite Maison. Des linges à vaisselle, des tabliers et des mitaines de four ne sont pas loin non plus dans sa lunette d’horizon.

Et ça ne s’arrête pas là: «Idéalement, je voudrais en arriver à réduire les points de vente et les intermédiaires pour centraliser les affaires à Charlesbourg», lance celle qui fournit actuellement une cinquantaine de boutiques dans la province.

Des personnages à son image

Victoria

– «Ma petite Victoria, elle est douce. J’ai besoin de ça. Je n’ai pas besoin d’être plus stressée qu’il faut.»

Jasmine

– «La petite campagnarde. Elle est très colorée. C’est peut-être elle qui me ressemble le plus.»

Ange de l’amitié

– «Il me suit depuis presque sept ans. C’est important pour moi, les amis.»

Pour plus d’info: www.facebook.com/lapetitemaison ou lapetitemaison.ca.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *