Culture
17:08 12 mars 2015 | mise à jour le: 12 mars 2015 à 17:08 temps de lecture: 3 minutes

Quand originalité rime avec conscience écologique

ARTISANAT. «J’aime beaucoup les choses qui sont laides», lance en riant Dominique Shields. Mais, passés au tordeur de sa créativité, ces tissus passés de mode que l’artisane affectionne ont tôt fait de connaître une beauté nouvelle sous la forme d’objets décoratifs. Bienvenue dans l’univers des Coussins de belle-mère, où originalité rime avec conscience écologique.

Dominique Shields venait d’emménager à Charlesbourg avec la petite famille quand, plongée dans la décoration de la nouvelle maison, elle a eu l’idée de se lancer dans la confection de coussins. «C’est habituel pour moi de ne pas trouver ce que je cherche en magasin, donc je suis souvent amenée à créer moi-même mes choses», explique celle qui a toujours occupé des emplois liés à la création.

Cadeaux de sa belle-mère, les premiers coussins auxquels elle travaille donneront à l’entreprise son nom. De fil en aiguille, la production deviendra trop encombrante à entreposer et à traîner en exposition, si bien que Dominique Shields se tournera progressivement vers la fabrication de housses pour coussins, de pendentifs pour le rétroviseur, de pelotes à épingles en forme de cactus, de décorations de Noël… Ce changement de cap lui permet en outre d’«aller chercher le plus de tissu possible pour avoir le moins de perte sur une pièce de vêtement».

Principes

Car l’artisane ne travaille qu’à partir de tissus recyclés – «Je préfère dire des textiles déjà aimés plutôt qu’usagés, parce que ça fait remonter des émotions quand on reconnaît un tissu.» Pour elle, c’est une question de principe: «La décoration, au départ, ce n’est pas essentiel à la vie, donc autant créer avec le moins d’impact possible sur l’environnement», estime l’habituée des friperies et des comptoirs familiaux. C’est là qu’elle déniche chemises de bûcheron, jeans taille haute et draps vintage qui, après un passage à la machine à coudre, connaîtront une deuxième vie comme objets décoratifs.

Le plus beau compliment qu’on peut lui faire? «Que c’est original, je pense. Je suis contente quand les gens choisissent mes choses parce qu’ils n’ont jamais vu ça ailleurs», répond Dominique Shields qui, après deux ans d’activité, remarque de plus en plus ce regard de reconnaissance.

«Mamentrepreneure»

Elle s’en réjouit d’autant plus que les premières années sont souvent les plus difficiles pour toute entreprise en démarrage. De son côté, elle peut compter sur un réseau de «mamentrepreneurs» qui visent à équilibrer vie familiale et carrière professionnelle. «Ça se tient beaucoup, il y a beaucoup d’encouragements, de conseils, ça aide», observe-t-elle avec satisfaction.

C’est difficile, être mère et artisane? «Oui!», confirme-t-elle sans hésitation. Dominique Shields fait ainsi preuve de créativité jusque dans l’organisation de son horaire de la journée pour y ménager du temps à consacrer à Coussins de belle-mère.

En rafale

Ce qui l’inspire:

«Les tissus! Les couleurs, les motifs – les gros motifs fleuris, démodés…»

Dernière création:

«Des jardins de cactus [en tissu]. J’aime beaucoup les cactus, j’ai une formation en horticulture, j’ai travaillé en serre…»

Pour plus d’info: www.facebook.com/coussinsdebellemere. Pour avoir accès à la boutique en ligne: https://www.etsy.com/fr/shop/coussinsdeBellemere

 

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *