Culture
16:18 19 août 2015 | mise à jour le: 19 août 2015 à 16:18 Temps de lecture: 3 minutes

L’École de violon Anne-Hélène Chevrette fait de la place à la contrebasse

COURS. Aux violon et violoncelle s’ajouteront, à compter de l’automne, des cours de contrebasse à l’École de violon Anne-Hélène Chevrette. Deux nouveaux enseignants, Claudia Gagné et Alexandre Leblanc, se joignent ainsi à l’équipe pour partager une passion qui prend littéralement bien de la place dans leur vie…

Pour Anne-Hélène Chevrette, il s’agit d’abord de permettre aux plus jeunes – comme aux plus vieux – de faire à tout le moins connaissance avec cet instrument à cordes peu répandu, voire méconnu. «Je suis sûre que si les petits étaient en contact avec la contrebasse, ils pourraient savoir si c’est ce qui les branche», fait valoir la directrice.

Dans le cadre des cours d’éveil musical, pour les 3 à 5 ans, ils auront ainsi l’occasion de toucher et manipuler l’objet, en plus de côtoyer des musiciens qui en jouent. Les cours s’adressent toutefois aux 8 ans et plus, le temps que les plus petits gagnent quelques pouces supplémentaires pour se mesurer à l’imposant instrument, dont il existe néanmoins des formats adaptés qui pourront être loués sur place.

Ne faire qu’un avec l’instrument

Le premier contact de Claudia et Alexandre avec la contrebasse ne fut assurément pas aussi précoce. C’est au moment de poursuivre leurs études en musique au cégep qu’ils s’en sont entichés, après l’apprentissage de la basse électrique à l’école secondaire.

«La contrebasse ressemble à la basse, mais quand on en joue, j’ai vraiment l’impression que l’instrument devient une extension de mon corps, qu’il y a une cohésion avec l’instrument», confie Claudia.

Un avis que partage son nouveau collègue, qui surenchérit: «Un des points forts de la contrebasse, c’est que tu te sens valorisé quand tu en joues, parce que tu es vraiment utile [à l’harmonie du groupe]. Si tu n’es pas là, ça paraît», estime Alexandre en faisant référence au son grave, amplifié, vibrant, qui se détache naturellement d’un ensemble d’instrumentistes.

L’un comme l’autre n’en sont pas à leurs premières armes comme enseignants, et encore moins comme musiciens. Auteure-compositrice-interprète, Claudia Gagné travaille en parallèle à un projet d’album qui devrait voir le jour à l’hiver. De son côté, Alexandre Leblanc s’illustre notamment au sein du Saint-Roch quartet.

Des nouvelles de l’école

L’École de violon Anne-Hélène Chevrette compte aussi plusieurs années à son actif. À l’aube de sa 13e année d’existence, des travaux de réaménagement s’imposaient pour accommoder la clientèle de plus en plus à l’étroit. «On va passer de trois à cinq locaux, qui vont permettre cinq cours en même temps et deux activités de groupe en simultané», mentionne la directrice.

Outre Claudia Gagné et Alexandre Leblanc, deux autres enseignants – un de violon, l’autre de violoncelle – se greffent à l’équipe dont le nombre grimpe ainsi à 11. La musique de film sera à l’honneur de cette nouvelle saison, de conclure Anne-Hélène Chevrette.

Infos pratiques

– Début des cours: 7 septembre

– Possibilité de s’inscrire en tout temps pour la contrebasse

– Location de contrebasses pour enfants sur place

– Disponibilité d’une contrebasse pour adultes sur place

Pour plus d’info: www.ecoledeviolonahc.com

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *