Culture
14:57 12 mars 2014 | mise à jour le: 12 mars 2014 à 14:57 Temps de lecture: 3 minutes

Il était une fois… la Société littéraire de Charlesbourg

Prétendant au titre de la plus ancienne Société littéraire de Québec, la Société littéraire de Charlesbourg célèbre cette année ses 30 ans. 30 ans à donner le goût de lire, à encourager les gens à écrire, à partager des coups de cœur, à s’ouvrir sur les auteurs d’ici, à donner une tribune à la littérature – à être «un lieu de culture, un vivier», résume Maude Dufour, membre du conseil d’administration.

C’est tout cela que soulignera l’événement anniversaire prévu le 13 avril prochain, à la salle d’exposition de la bibliothèque Paul-Aimé-Paiement. Documents d’archives, témoignages, publications des membres, autant de traces qui remonteront le temps jusqu’à la création, le 5 décembre 1983, de la Société littéraire de Charlesbourg – d’abord baptisé Club littéraire par la douzaine d’amis à l’origine de l’initiative.

Depuis, les activités s’enchaînent: rencontres avec des auteurs, soirées poésie, concours de nouvelles, discussions mensuelles autour de thématiques… Parce que «l’aspect formation a toujours été inclus dans les activités», mentionnera Monique Laforce, des ateliers d’écriture font aussi partie de la programmation. L’exercice mène d’ailleurs certains membres à se commettre à la publication; ils sont près d’une dizaine à compter au moins un livre à leur actif.

30 ans, c’est aussi l’occasion de s’interroger sur les 30 prochaines années. À l’heure où le numérique fait concurrence au livre traditionnel, où l’éventail de loisirs arrache le jeune du livre qu’il pourrait lire, comment s’adapter? «Il faut à la fois assurer la tradition du livre et suivre le mouvement», avance Diane Prévost. Comme d’autres membres du conseil d’administration, elle a connu l’époque où les choix de lecture se limitaient souvent à l’Almanach du peuple – et à des livres à l’Index que certains dissimulaient sous le bras, rapporte Claude Genest.

Les temps ont bien changé, donc, mais ils n’ont pas fini de le faire: «On a une réflexion à mener, reconnaît Micheline Demers. On veut quoi, pour les 10 prochaines années? On doit penser à la relève.» Chose certaine, la Société littéraire de Charlesbourg entend continuer à jouer son rôle de passeur.

À l’agenda (bibliothèque Paul-Aimé-Paiement)

16 mars, 13 h 30: remise de prix du concours Pleins feux sur la nouvelle

13 avril, 14 h: fête pour les 30 ans

18 mai: lancement collectif de recueils de poésie

Qu’ont-ils lu dernièrement?

Dany Laferrière, Journal d’un écrivain en pyjama (Lise Francoeur)

Jean Désy, L’île de Tayara (Micheline Demers)

Marité Villeneuve, Le ciel clandestin (Monique Robert)

Pour suivre les activités de la Société littéraire de Charlesbourg: http://slcharlesbourg.eklablog.com/.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *