Culture
16:58 6 juin 2014 | mise à jour le: 6 juin 2014 à 16:58 temps de lecture: 3 minutes

Les adieux à la scène d’Esplamago

COMÉDIE MUSICALE – Le rideau tombe sur Esplamago. Après 18 ans à inspirer le goût de la persévérance chez les jeunes, à époustoufler un public toujours plus conquis, à déployer des trésors de créativité pour pondre des spectacles de qualité, la troupe de l’école l’Escale fera, en juin, ses adieux à la scène avec la présentation de sa dernière comédie musicale, Sara et les livres magiques.

«Il n’y a personne d’assez fou pour reprendre ça», déclare, convaincu, le fondateur et directeur artistique d’Esplamago, Luc Bernard, qui prendra sa retraite à la fin de l’année scolaire. Depuis près de 20 ans, tout le temps libre de cet enseignant en musique passe dans ce projet qu’il porte à bout de bras par passion et altruisme: «Je veux qu’il y ait quelque chose de marquant au primaire pour les jeunes.»

Le passage de certains d’entre eux au sein d’Esplamago sera d’ailleurs à ce point marquant qu’ils poursuivront dans le domaine des arts de la scène, se réjouit Luc Bernard, dont les premiers émules sont aujourd’hui au cégep ou à l’université. Beaucoup d’anciens viennent faire leur tour pour donner un coup de main à cette production 100 % création – le scénario, la musique, les chorégraphies, les costumes, les décors…: tout est original, année après année.

Il n’est donc pas étonnant qu’Esplamago ait été sacrée la plus grande production de comédies musicales à l’école primaire au Canada, une distinction dont le directeur artistique n’est pas peu fier. Il se défend bien, depuis plusieurs années, de monter «un petit spectacle d’école primaire»: «On ne fait rien de cute; on fait des choses de qualité», insiste-t-il en donnant, pour preuve, leur inscription au sein de la programmation officielle du Grand Théâtre de Québec.

Sara et les livres magiques

Cette année, les 60 jeunes artistes se retrouveront donc sur cette scène des grands pour une dernière fois. Par le chant, la danse et le théâtre, ils raconteront l’histoire de Sara, qui doit séjourner chez une cousine éloignée, Emma, en l’absence de son père. La jeune fille a très hâte de revoir Emma, mais elle s’apercevra bien assez vite que celle-ci a changé depuis la dernière fois.

Luc Bernard promet quelques nouveautés pour cette 18e édition. En fait, d’essayer d’«en mettre plein la vue» a toujours été le mot d’ordre d’un spectacle à l’autre. Pour le public, certes, mais peut-être avant tout pour ses protégés: «On fait ça pour que les enfants soient fiers, qu’ils sachent qu’ils sont capables des plus grandes réussites», conclut celui qui laissera vraisemblablement un grand vide à l’école de l’Escale où, dans les couloirs, sa présence ne passe pas inaperçue alors que les enfants accourent vers lui.

Représentations

– Auditorium de l’école de l’Escale et du Plateau: 11 juin, 19h30. Coût d’entrée: 20$

– Salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre: 14 juin, 19h30, et 15 juin, 14h. Coût d’entrée: 25$.

Pour info et réservation: Danny Matteau, 418 666-4666, poste 2575.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *