Culture
23:55 18 novembre 2014 | mise à jour le: 18 novembre 2014 à 23:55 temps de lecture: 3 minutes

Un nouveau monde d’ombre et de lumière signé Héloïse Côté

LITTÉRATURE. Une nouvelle trilogie signée Héloïse Côté est récemment apparue sur les rayons des librairies. Avec Les Voyageurs (éditions Alire), l’écrivaine originaire de Charlesbourg s’aventure sur le terrain de la science-fantasy, un genre hybride plutôt inusité au Québec.

Les Voyageurs, peuple de Lumière, sont poursuivis par les Ombres depuis des millénaires. Alors qu’ils avaient réussi à trouver refuge sur la planète des Daëls, les voilà de nouveau forcés de s’exiler pour échapper à ceux qui veulent les anéantir. Au cœur de cette menace perpétuelle, des membres du clan de Lumière tenteront de changer la destinée des leurs, mais ils ne pourront faire l’économie d’un affrontement final qui scellera le sort des deux peuples.

Cette histoire en trois temps – Le frère de Lumière, Le garçon qui savait lire et La voix de la Lumière –, Héloïse Côté en a écrit une première version il y a déjà 10 ans. Puis d’autres intrigues l’ont accaparée, donnant naissance à bien des mondes et des personnages avant, finalement, de dépoussiérer le peuple de Lumière.

Dans l’intervalle, elle aura gagné en maturité comme écrivaine. «J’avais 25 ans en 2004 [à l’époque de la publication de son premier roman]; c’est sûr que j’ai beaucoup évolué, et pas juste dans ma façon d’écrire, mais dans ma vision de la vie aussi.» À ses premières œuvres grand public répondent, aujourd’hui, des intrigues plus costaudes, plus complexes qui s’adressent volontiers à un lectorat plus âgé, estime la résidente de Sainte-Foy.

Démarche d’écrivaine

Il faut dire que c’est cette liberté même de pouvoir se renouveler qui attache Héloïse Côté à sa plume et, surtout, au genre de la fantasy, dont elle explore les arcanes depuis ses débuts. «Ce que j’aime en fantasy, c’est la possibilité de créer une nouvelle cohérence, un nouveau monde.» Avec Les Voyageurs, elle souhaitait toucher à la magie, ce qu’elle s’était refusée de faire jusqu’à présent.

Sortir de sa zone de confort fait d’ailleurs partie de sa démarche d’écrivaine. «Je m’ennuierais si je n’avais pas l’impression qu’avec chaque roman, j’apprends quelque chose», avoue celle qui a besoin d’écrire. Mais qui a aussi besoin de continuer à enseigner à l’École des langues de l’Université Laval, pour le contact humain qui vient contrebalancer les heures d’écriture en solitaire.

Héloïse Côté sait déjà de quoi ces prochaines heures d’écriture seront faites. Elle envisage de donner une suite à la Tueuse de dragons, paru en 2010. Question de faire revivre ce personnage qui a mérité à son auteure deux prix littéraires (Aurora/Boréal et Jacques-Brossard) en 2011…

Bibliographie aux éditions Alire

Les chroniques de l’Hudres: trilogie composée de Les conseillers du Roi (2004), Les enfants du solstice (2005) et L’Ourse et le Boucher (2006)

Les exilés (2008)

La tueuse de dragons (2010)

Les Voyageurs: trilogie composée de Le frère de Lumière (2013) , Le garçon qui savait lire (2014) et La voix de la Lumière (2014)

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *