Culture
20:48 25 septembre 2014 | mise à jour le: 25 septembre 2014 à 20:48 temps de lecture: 3 minutes

De l’argent qui vaut son pesant de culture

ACTIVITÉ. Vous souhaitez connaître l’origine et la valeur d’une pièce de monnaie que votre grand-mère vous a léguée? Vous n’avez jamais vu de billet de 25$? Vous vous intéressez à l’histoire? Rendez-vous vous est donné à la Maison Éphraïm-Bédard les 27 et 28 septembre prochains, dans le cadre des Journées de la culture, pour un atelier autour de la numismatique, qui désigne l’étude de la monnaie et des médailles.

L’argent, une affaire de culture? Il suffit d’une rencontre avec des membres de la Société numismatique de Québec, derrière la tenue de l’atelier, pour se convaincre que la monnaie peut en dire beaucoup de la culture d’un pays.

Les billets de la Loterie nationale de colonisation que possède le président de l’organisme, André Robitaille, révèlent par exemple tout un pan de l’histoire du Québec de la fin du XIXe siècle, alors que le curé Labelle a l’idée de créer ces billets pour assurer un financement aux colons qui n’ont pas les moyens de s’établir.

Celui qui cherche pour sa part à mettre la main sur le 5 cents de 1921 connaît fort bien sa valeur pécuniaire et historique. À cette époque, par mesure d’économie, le Canada passe de l’argent au nickel, dont il est le premier fournisseur mondial. Il procède alors à la refonte de presque tous les 5 cents 1921 en argent. On compte aujourd’hui quelque 400 exemplaires rescapés, dont l’estimation minimale est de 115 000$ à l’état neuf. «C’est le Saint-Graal du collectionneur!», illustre le vice-président, Jacques Gosselin.

Société numismatique de Québec

C’est ce genre d’information que les visiteurs pourront apprécier dans le cadre de l’atelier offert à la Maison Éphraïm-Bédard, où seront exposés des items de collection. Sur place, des experts seront présents pour évaluer vos pièces, retracer leur origine et répondre aux questions. S’y trouveront également quelques vendeurs, pour qui voudrait se départir de ses pièces de valeur. «Ça n’arrive pas souvent que les experts sont tous à la même place en même temps pour renseigner le public», fait valoir Jacques Gosselin.

Créée en 1960, la Société numismatique de Québec «est le plus vieux club au Québec», confirme son président. Chaque mois, les membres se rencontrent au Moulin des Jésuites pour partager leurs trouvailles, tenir des encans, assister à des exposés autour de la monnaie, des billets de banque, des jetons, des coups, des médailles… Même l’argent Canadian Tire fait partie des objets d’intérêt des numismates. Avis aux intéressés.

Pour plus d’info sur la Société numismate de Québec: snquebec.ca.

En vrac

100 000 000 000 000 – La plus grande coupure dénichée par Daniel Lemire (administrateur), en monnaie du Zimbabwe; équivaut à environ 2,50$ canadiens

1000 – La plus grande coupure en argent canadien dénichée par Daniel Lemire

1858 – Première frappe du sou noir

60 – Nombre d’années avant qu’un sou vaut plus que sa valeur

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

16:35 13 septembre 2015 | mise à jour le: 13 septembre 2015 à 16:35 temps de lecture: 1 minutes
Gare aux faux billets

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *