Culture
18:37 17 mai 2013 | mise à jour le: 17 mai 2013 à 18:37 temps de lecture: 2 minutes

«Vivre au Trait-Carré au temps des moulins»: nouvelle exposition au Moulin des Jésuites

L’Histoire continue de révéler ses secrets au Moulin des Jésuites, qui inaugure une nouvelle exposition permanente: «Vivre au Trait-Carré au temps des moulins». Fruit de nouvelles recherches historiques, elle plonge le visiteur dans le quotidien des habitants du Trait-Carré dans la deuxième moitié du XIXe siècle, à une époque où Charlesbourg a le vent dans les voiles.

Les assises de la précédente exposition permanente dataient déjà d’une dizaine d’années. Le temps était venu de dépoussiérer un peu l’Histoire, explique Émilie Levasseur, coordonnatrice au Moulin des Jésuites, qui donne comme exemple l’année de fondation du moulin, que l’on situait auparavant autour de 1740; or, de nouvelles sources permettent de confirmer que l’érection remonte à 1742, précisément.

Mais l’exposition n’est pas qu’affaire de date, au contraire. En franchissant le seuil du Moulin, le visiteur est accueilli par le meunier, Mars Tremblay, et son épouse, Odélie Lefebvre, qui n’a pas la langue dans sa poche. Témoins de leur époque, ils racontent leur vie quotidienne tout en présentant les lieux, les métiers connexes et les activités saisonnières de leurs contemporains.

Le premier étage fait la lumière sur l’apport important des Jésuites dans l’implantation du Trait-Carré de Charlesbourg, autre fait que sont venues confirmer de nouvelles sources historiques. Le quotidien continue d’être à l’honneur avec la présence d’écrans de télévision, sur lesquels des villageois racontent leur histoire.

Enfin, au grenier, des éléments d’interprétation complètent l’information sur le moulin, dont ses dimensions, les matériaux et le mode de construction, sa transformation au fil du temps et ses différents occupants.

Devant un parterre bien rempli, où étaient notamment présents les élus de Charlesbourg, la directrice générale, Joanne Timmons, a invité aussi bien les touristes que les Charlesbourgeois à venir découvrir cette nouvelle exposition. D’autant que, à l’été, le site accueille en plus nombre d’activités champêtres, familiales et culturelles.

L’exposition est accessible les samedis et dimanches, de 10 h à 17 h, jusqu’à la fête de la Saint-Jean-Baptiste, puis tous les jours jusqu’à la fête du Travail, de 10 h à 17 h 30.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *