Culture
14:13 12 juillet 2013 | mise à jour le: 12 juillet 2013 à 14:13 Temps de lecture: 3 minutes

Chanter aux États-Unis, ça ne change pas le monde, sauf que…

Les Petits chanteurs de Charlesbourg ont profité du 38e congrès des Pueri Cantores à Washington, une association internationale qui rassemble les chorales jeunesse, pour s’offrir une tournée de 10 jours aux États-Unis. Une expérience enrichissante à tous points de vue pour ces jeunes de 8 à 17 ans selon le directeur général, Stéphane Robitaille.

Habitués aux tournées au Québec et dans les provinces voisines, les Petits chanteurs ont l’occasion de performer à l’extérieur du pays tous les trois ans. Si, depuis 1998, ils ont pris à cinq reprises la direction de l’Europe, c’était la première fois, en juillet, qu’ils faisaient l’expérience des scènes américaines.

À New York, Boston et Hampton Beach, ils ont ainsi livré un aperçu de leur répertoire classique et profane sous la direction de Jessica Latouche, et accompagnés au piano par Anne-Marie Leduc. Les prestations au congrès Pueri Cantores à Washington ont pris pour leur part une couleur patriotique alors qu’était célébrée la fête de l’Indépendance américaine. Les Petits chanteurs de Charlesbourg se sont notamment retrouvés à unir leurs voix aux quelque 1000 autres jeunes présents pour l’occasion, pour une interprétation d’America the beautiful devant la Maison blanche.

Mais quand on demande à Maude, la fille du directeur général, ce qu’elle a le plus apprécié de son séjour, la résidence du président des États-Unis ne fait pas le poids devant New York illuminé et ses gros magasins. Cela dit, c’est aussi pour cette découverte de l’ailleurs, dans tout ce qu’il a à offrir, que sont organisées ces tournées.

Le chant choral, discrètement populaire

De telles activités font partie des avantages d’être un Petit chanteur de Charlesbourg, en plus des camps musicaux et des collaborations avec des vedettes comme Céline Dion, Bruno Pelletier et Grégory Charles. D’ailleurs, le 19 juillet, le chœur partagera la scène avec Chantal Blanchais lors du lancement des Week-ends chauds du Trait-Carré.

La troupe est en période de recrutement jusqu’à la fin août, au moment où auront lieu les auditions. Stéphane Robitaille est conscient de la faible réputation dont souffre le chant choral dans l’opinion publique, surtout chez les jeunes garçons. Pourtant, remarque-t-il, «il y a plus de gens au Québec qui font du chant choral que de joueurs de soccer»; seulement, on ne s’en vante pas. De la cinquantaine de chanteurs cette année, dont font partie quelques voix d’adultes de ténors et de basses pour compléter le chœur, le directeur aimerait bien former une belle grande famille d’au moins 70 membres.

Pour plus d’information: http://www.lespcc.ca ou 418 628-8446 (Stéphane Robitaille).

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *