Culture
20:09 30 mars 2011 | mise à jour le: 30 mars 2011 à 20:09 temps de lecture: 4 minutes

Stéphanie Lavoie boursière de la Fondation lyrique de Beauport

Lauréate du premier prix du Conservatoire de musique de Québec en 2010, la soprano colorature Stéphanie Lavoie a rehaussé de sa voix exceptionnelle le gala soulignant le dixième anniversaire de la Fondation lyrique de Beauport. Cette prestation de qualité lui a d’ailleurs permis de mériter la bourse annuelle de perfectionnement de 500 $ offerte par la Caisse Desjardins de Beauport.

Plus de 160 amateurs d’art lyrique ont fait un succès de ce rendez-vous dominical présenté au Centre de loisirs Monseigneur-De Laval dans des décors spécialement agencés par le metteur en scène Fernand Tremblay qui, à 88 ans, n’avait pas encore perdu son enthousiasme d’homme de théâtre.

Joane Bellavance a assuré la direction musicale de ce spectacle de deux heures qui a aussi mis en présence 12 de ses élèves de 25 à 35 ans de la classe avancée de son école de chant; les ténors Simon Pelchat et Jean-Sébastien Lavoie, le baryton Daniel Lafrenière, le baryton-basse Alain Maltais, les sopranos Marie-Ève Bergeron, Louise Gauthier et Stéphanie Turgeon, la mezzo-soprano Émilie Brassard et la soprano colorature Myriam Boutin, accompagnés au piano par Charles Dumas.

Le public a d’abord été transporté en Espagne pour fêter l’arrivée du printemps avec l’interprétation d’une quinzaine d’airs variés dont «Granada» et «La Spagnola». Stéphanie Lavoie a offert une interprétation émouvante de «Merce diletto amici», avant de revenir en deuxième partie avec «Sempre Libera» de la Traviata du compositeur Giuseppe Verdi.

Un bel hommage à Fernand Tremblay

La directrice musicale a profité de l’occasion pour rendre un hommage bien mérité au président fondateur, metteur en scène et responsable des décors de la Fondation lyrique de Beauport, Fernand Tremblay.

Chanteur de chorale et comédien d’exception qui a laissé sa marque dans la région de Québec, M. Tremblay a fait ses débuts dans l’univers de l’opéra, dans les années ’60, à l’âge de 39 ans avec le Théâtre de la Nouvelle-France. Il côtoiera alors avec émerveillement d’illustres chanteurs comme Joseph Rouleau, Colette Boky et plusieurs autres.

«La vie de la scène et l’illumination des feux de la rampe ont toujours été source de motivation et de plaisir pour cet humble artiste qui fera partie intégrante du Théâtre Lyrique de la Nouvelle-France. On lui confia plusieurs seconds rôles, ce qui le mena jusqu’à la Place des Arts de Montréal. Sa bonne humeur et sa joie de vivre faisaient un collègue de travail exceptionnel. Cette dose de joie et d’énergie ne l’a jamais quitté et il l’exploite toujours», a rappelé Mme Bellavance.

«Après plus de dix années avec le Théâtre de la Nouvelle-France, M. Tremblay entreprend en 1978, à l’âge de 56 ans, le projet audacieux de créer le premier théâtre lyrique d’été de Québec, dans un bâtiment secondaire de 150 places situé à L’Ange-Gardien. M. Tremblay a su déceler le talent de plusieurs jeunes chanteurs qui, grâce à lui, ont pu monter sur scène et apprendre leur métier. Nous comptons maintenant plusieurs artistes sur les scènes internationales qui ont fait leur début chez M. Tremblay et qui lui sont encore très reconnaissants. Depuis déjà 10 ans, sa fondation a pris le relais et soutient la relève en remettant une bourse aux chanteurs et chanteuses lyriques de demain. M. Tremblay a su se forger une identité à l’italienne, symbole d’amour et de joie de vivre. C’est pourquoi, il mérite cet hommage aujourd’hui», a conclu Mme Bellavance sous les applaudissements nourris de la foule.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *