Culture
13:22 28 mars 2018 | mise à jour le: 28 mars 2018 à 13:22 Temps de lecture: 2 minutes

Joanne Ouellet de retour à François-Bourrin

Joanne Ouellet, l’illustratrice de la région de Québec, était de passage à l’école privée François-Bourrin de Beauport pour la deuxième rencontre avec deux groupes d’élèves d’arts plastiques. 

Un carnet de dessins est une suggestion de Joanne Ouellet pour développer le côté créatif des enfants

Photo TC Media – Jean Carrier

Lors de son premier passage, elle a proposé un projet de création aux élèves. Elle était de retour pour venir voir les différents projets qu’ont effectués les élèves de l’enseignante Marie-Claude Lafortune et discuter de son métier. Le travail demandé aux élèves de premier secondaire était de créer une affiche en lien avec une lecture que les élèves avaient faite.

«Ce sont d’excellents travaux et je suis impressionnée par la qualité des œuvres.», a précisé la dessinatrice lors de la conférence. L’experte du crayon s’est entretenue avec les élèves sur certaines difficultés du métier et les choix qu’il faut faire comme créateur. «Dans une affiche, est-ce que l’image est plus importante que les mots utilisés ou c’est le contraire? Les réponses varient selon les gens, il faut y aller selon nos forces », a ajouté celle qui enseigne aussi à l’Université Laval. Les rencontres étaient organisées par Communications-Jeunesse dans le cadre du programme Lire à tout vent afin de promouvoir la lecture chez les jeunes.

Comme aux Olympiques

Avant de terminer sa conférence, l’artiste a fait une démonstration de son talent en faisant une petite aquarelle devant les élèves. Plusieurs étaient impressionnés par la réalité du dessin proposé par celle qui se spécialise dans les dessins d’oiseaux. Joanne Ouellet a comparé son travail à ceux des athlètes olympiques pour faire comprendre aux jeunes qu’il faut du temps pour maîtriser une action. «Les athlètes exercent souvent le même geste jusqu’à ce que ce geste devienne une seconde nature. Le dessin n’est pas différent et à force de pratique, on développe une expertise.»

Il reste maintenant à savoir si le prochain Michel-Ange était à l’écoute de l’illustratrice. 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *