Culture
17:23 21 juin 2018 | mise à jour le: 21 juin 2018 à 17:23 Temps de lecture: 3 minutes

Vent de renouveau au Festival de cinéma

Dans le cadre de la huitième édition du Festival de cinéma de la Ville de Québec (FCVQ), le Cercle de Fermières de Beauport a été approché pour la création de nouveaux trophées originaux. 

De gauche à droite : Yolande Paradis, responsable de la création, Jacqueline Fournier, conseillère et responsable du Comité Arts textiles et Liette Saillant, présidente

Photo gracieuseté

Du 13 au 23 septembre, les artisans du milieu cinématographique pourront présenter leurs œuvres au grand public, au cœur du Vieux-Québec. C’est dans l’optique de faire découvrir un autre type d’art, celui de l’artisanat textile, que les organisateurs du Festival ont contacté les tisserandes pour souligner leur talent.

Ainsi, à la suite de cette demande, les femmes intéressées ont fait appel à leur créativité pour la confection de tartans, à l’effigie et aux couleurs du FCVQ. Symbole historiquement porté en guise de démonstration d’un attachement familial, le tartan conçu par le Cercle de Fermières se veut plutôt un souhait de bienvenue dans la grande famille du Festival de cinéma de la Ville de Québec. Ce qui s’apparentera à une écharpe carreautée tissée à la main par 22 tisserandes remplacera désormais le certificat auparavant remis aux récipiendaires de prix du volet compétitif.

À un rythme de fabrication d’une écharpe par semaine, le produit fini ne nécessite pas moins de 10 à 15 heures pour être réalisé en entier. De plus, les organisateurs auraient convié les femmes à venir remettre en mains propres, le fruit de leur travail aux gagnants.

Nouvelles avenues

«C’est très valorisant pour le Cercle de s’être fait approcher pour ce projet, car ça offre une belle visibilité à nos tisserandes, en plus de leur ouvrir de nouveaux horizons», lance Liette Saillant, présidente du Cercle de Fermières de Beauport.

Heureuse de ce beau partenariat, Mme Saillant ajoute que la visibilité dont le Cercle jouit présentement grâce au FCVQ a déjà porté ses fruits. En effet, elle observe un regain d’intérêt envers l’artisanat, alors qu’une vingtaine de nouvelles femmes se sont jointes à l’association depuis le début de l’année 2018.  

Parlant de nouvelles opportunités, c’est le Musée national des beaux-arts du Québec qui a récemment fait appel au Cercle de Fermières de Beauport pour leur collaboration à l’échelle nationale, pour l’animation d’ateliers lors de l’exposition Fait main. Elle se tient jusqu’au 3 septembre prochain au pavillon Pierre Lassonde et accueille une quarantaine d’artisans canadiens pour jeter un regard sur la production artistique contemporaine au pays.

Le Cercle de Fermières a été fondé en 1921, poursuivant initialement une volonté d’amélioration des conditions de vie de la femme et de sa famille. L’organisme apolitique sans but lucratif compte présentement près de 80 membres et ses activités s’étendent aujourd’hui à l’ensemble de la communauté, en vue de transmettre les connaissances quant aux arts et aux techniques textiles. 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *