Culture
17:45 28 août 2007 | mise à jour le: 28 août 2007 à 17:45 temps de lecture: 4 minutes

Beauport vivra au rythme des Fêtes au bourg

Un événement historique à caractère familial pour échanger, festoyer et découvrir. Voilà ce que propose la programmation de la 8e édition des Fêtes au bourg qui présentera une foule d’activités gratuites les 1er et 2 septembre prochains, sous la présidence d’honneur de l’historien Jacques Lacoursière, sur le site de la maison Girardin , 600, avenue Royale, à Beauport.

«Il s’agira d’une belle occasion pour vivre une expérience historique qui transportera les visiteurs dans le quotidien des habitants du Bourg du Fargy, berceau de la première vague d’immigration importante de la vallée du Saint-Laurent», affirme Nicole Lizotte, présidente de la Société d’art et d’histoire de Beauport, maître d’oeuvre de ces deux jours de festivités réalisées en collaboration avec AXE-Centrale créative. L’édition 2007 proposera en effet de l’animation en continu tout au long du week-end en permettant aux gens de se familiariser avec les métiers de la Nouvelle-France dans le cadre d’une programmation améliorée dont les grands thèmes seront l’animation historique fixe, l’animation ambulatoire et les activités pour enfants. «Toute la famille est invitée à prendre part aux activités et une place toute spéciale sera érigée pour les enfants. Des spectacles de danse et des contes seront également offerts sur la scène de l’Auberge La Barberie», précise Mme Lizotte.

Qualifié de fête rurale où tout un chacun pourra festoyer avec les habitants de l’époque, l’événement permettra d’abord de faire connaissance à la cabane de l’habitant avec Baptiste Hébert, un fier et vaillant habitant occupé à faire du bardeau. La visite se poursuivra vers le poste de traite où un commis expliquera fièrement toutes les ficelles de ce dur métier en Nouvelle-France. Au campement militaire, les miliciens seront prêts à une éventuelle attaque des Anglais, tout en faisant l’entretien de leurs armes ou se divertissant par une petite partie de dames. De multiples séances de mouvements militaires et des tirs de mousquet afin de décourager de futurs envahisseurs animeront aussi leur programme.
«La vie n’était pas facile au début de la colonie et les habitants devaient travailler dur, ce qui ne les empêchaient pas de s’amuser et de festoyer! Ayant élu domicile à l’Auberge La Barberie, Baptiste Durand, l’ivrogne, se fera un plaisir de raconter ses histoires à dormir debout car, selon lui, ce sont encore celles qui tiennent le mieux réveillé! Tout au long de la journée, on croisera également d’autres personnages dont le quêteux, qui ne laissera pas les visiteurs en reste avec les ragots les plus savoureux du village, Victorine la bossue, de même que le célèbre Montcalm, qui se plaira à raconter à qui veut l’entendre les hauts faits de ses prouesses lors de la Bataille de Montmorency», ajoute Mme Lizotte.

Plein de surprises pour les enfants

Sous la thématique des pirates, les enfants trouveront leur compte sur le site du Capitaine Jack où des chansons, des jeux, des histoires et bien des surprises les attendent avec l’équipage du terrible capitaine. Pour en bénéficier, ils devront se donner rendez-vous sur le Sans-Quartier, à la Place des enfants Hydro Québec.
Parmi les autres activités au programme, on comptera deux pièces de théâtre tirées des aventures du Capitaine Jack; «La Pomme de rubis» et «La Malédiction du Renard des marais», un jeu d’épées mousse où deux équipes s’affronteront à l’aide d’épées en mousse question de faire revivre la célèbre bataille de Montcalm contre les Anglais, un concours de tarte aux pommes, une grande messe en plein air, un grand banquet samedi à 18h et un grand spectacle de feu, avec jongleurs et cracheurs de feu le dimanche à la même heure.
La maison Girardin sera l’hôte de conférences historiques, animées notamment par l’historien et président d’honneur Jacques Lacoursière. Pierre Drouin, président de l’Association des archéologues du Québec, entretiendra pour sa part les visiteurs sur les résultats des fouilles archéologiques effectuées sous le stationnement de l’église de La Nativité de Notre-Dame, fouilles qui ont permis de mettre à jour l’emplacement de la première église en pierre construite vers 1672.
La Fédération des familles souches du Québec agrémentera aussi cette fin de semaine de festivités avec la présence de membres des associations des familles Marcoux et Drouin d’Amérique.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *