Culture
22:24 3 avril 2007 | mise à jour le: 3 avril 2007 à 22:24 temps de lecture: 3 minutes

Fernand Gosselin lance un livre sur les canards de bois

Après une fructueuse carrière comme cadre dans les milieux de l’éducation et de la fonction publique, Fernand Gosselin décide en 1996 de s’adonner à plein temps à la sculpture sur bois, une discipline artistique qu’il pratiquait depuis le début des années ‘80. Dans le magnifique livre intitulé «Les canards de bois: du folklore à l’art», qu’il lançait dimanche dernier, l’auteur a voulu laisser en héritage à ses petits-enfants ses quelque 25 années d’expérience en sculpture de la faune ailée.

Qualifié d’artiste passionné, de communicateur et de chercheur redoutable, Fernand Gosselin en fait la démonstration dans cet ouvrage abondamment illustré de plus de 320 pages qui comprend des volets historique, didactique, et artistique. La première partie présente surtout l’évolution de la fabrication des canards comme appelants de chasse au cours des derniers siècles. Un rapide survol de ces canards tant au Québec, qu’aux États-Unis et dans quelques pays d’Europe, permet de mieux comprendre leur transformation de leurres de chasse en des oeuvres d’art raffinées. Des photographies de plusieurs canards montrent leur passage du folklore à l’art, ce qui justifie bien le titre du volume.

Le volet didactique permet au lecteur de découvrir, avec photographies et dessins en couleurs, comment l’auteur s’y prend pour sculpter et peindre un canard hyperréaliste. Il invite d’ailleurs le lecteur à saisir toutes les facettes que cette forme de sculpture animalière exige.

Une première en langue française

Fernand Gosselin profite du volet artistique pour présenter plusieurs photographies
d’oeuvres de la faune ailée. Fruit de plusieurs années de travail et de recherche, le livre comporte en effet quelque 280 dessins et photographies en couleur et constitue une première en langue française sur un sujet aussi passionnant.
«J’ai voulu laisser en héritage à mes petits-enfants ses quelque 25 années d’expérience en sculpture de la faune ailée. Je pense aussi avoir enrichi le patrimoine québécois d’un outil de référence jusqu’alors inédit dans la langue officielle du Québec», a résumé M. Gosselin dont certaines de ses oeuvres ont été offertes à des hommes d’État par le gouvernement du Québec.
Des notes anecdotiques sur les canards ainsi qu’une foule de renseignements d’ordre technique complètent cet ouvrage que les gens pourront se procurer en librairie au coût de 44, 95 $ ou encore au Salon du livre de Québec où le sculpteur sera présent au kiosque des Éditions GID, le vendredi 13 avril de 16h45 à 17h45 et le samedi 14 avril de 12h à 13h. Fernand Gosselin prépare une exposition en duo avec le peintre Stéphane Gagnon de Sainte-Foy qui se tiendra l’automne prochain à la Galerie La marée montante de Saint-Laurent, île d’Orléans.
<@CP> (photo: Michel Bédard)
<@CP> (photo: Michel Bédard)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *