Culture
20:12 5 novembre 2008 | mise à jour le: 5 novembre 2008 à 20:12 temps de lecture: 2 minutes

Un automne chargé pour le contrebassiste Alain Bédard

De retour d’une tournée européenne qui lui a donné l’opportunité de présenter plusieurs spectacles en France, Italie, Espagne, Pologne et Belgique avec le saxophoniste français de renom Julien Lourau, le contrebassiste Alain Bédard originaire de Beauport était de passage dernièrement au Café-spectacles du Palais Montcalm avant de repartir pour Boston et une autre série de concerts dans l’Ouest canadien.

«On bouge pas mal depuis un mois et demi. Cette activité intense coïncide avec la sortie de mon troisième album avec le Auguste Quintet, « Bluesy Lunedi», le blues de la fin du week-end et de la rentrée au travail. Après une vingtaine de concerts en Europe et celui de ce soir à Québec, on repart pour Boston dès demain pour ensuite se diriger vers Toronto, Winnipeg, Calgary, Edmonton et Vancouver où nous jouerons autant en salles que dans des clubs. Pour un groupe canadien comme le nôtre, ça ressemble à la moyenne d’une formation américaine et on en est très content», souligne le contrebassiste qui compte 28 années d’expérience comme musicien professionnel de jazz.

Une musique solide, inspirée, nord-américaine et actuelle

Fondateur de l’étiquette Effendi Records de Montréal, Alain Bédard était accompagné pour ce spectacle de Frank Lozano aux saxophones ténor et soprano et à la clarinette basse,
Jean-Christophe Béney, aux saxophones ténor et soprano, Alexandre Grogg, au piano, et Pierre Tanguay, à la batterie. Avec deux albums à son crédit, un cd éponyme en 1997 et «Sphère Réflexion» en 2006 encensés par la critique, Bédard et le Auguste Quintet ont proposé un programme de jazz acoustique contemporain et planant qui a prouvé que les cinq musiciens sur scène étaient vraiment au sommet de leur art.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *