Culture
14:24 9 août 2017 | mise à jour le: 9 août 2017 à 14:24 temps de lecture: 3 minutes

Le 12 août, j’achète un livre Québécois: les libraires de Beauport se prononcent

LECTURE. Lancée en 2014 par deux auteurs désireux de dynamiser le marché du livre québécois, cette journée a pris de l’ampleur, si bien que le 12 août est maintenant une journée bien achalandée chez les libraires. En attendant cette journée, Claire Thibeault, Carole Laflamme et Jonathan Després, trois libraires du Renaud-Bray des Promenades Beauport vous font leurs suggestions. 

Le récipiendaire du prix des libraires du Québec 2017.

(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

La femme qui fuit fait partie des romans à se procurer le 12 août. Il s’agit d’un roman qui est énormément vendu depuis deux ans et qui a remporté le Prix des libraires du Québec en 2016. L’histoire se déroule à l’époque du Refus Global. L’auteure, Anaïs Barbeau-Lavalette, raconte de façon romancée l’histoire de sa grand-mère qui a abandonné ses deux enfants.

Le plongeur de Stéphane Larue a également reçu ce prix pour l’année 2017. C’est l’histoire d’un étudiant en graphisme, qui n’a pas encore 20 ans, qui désire plus que tout devenir bédéiste et illustrateur, mais qui s’enfonce dans la spirale du jeu.

Pour ceux qui s’intéressent aux essais québécois, Claire Thibeault vous conseille Ils ont couru l’Amérique, de l’anthropologue et écrivain Serge Bouchard. Il y raconte le parcours de quatorze coureurs des bois délaissés par l’histoire. D’ailleurs, il a également écrit un roman, Les yeux tristes de mon camion, que conseille également la libraire.

La collection «mon BIG à moi».

(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

Pour les enfants

Du côté de la littérature jeunesse, la collection «Mon BIG à moi», fait partie des suggestions des libraires. Plusieurs auteurs y ont collaboré, dont Marilou Addison, Valérie Fontaine, Richard Petit et Geneviève Guilbeault. D’ailleurs, l’illustratrice beauportoise Manuella Côté a illustré certains des titres de cette collection de romans jeunesse.

Dans un style plus «journal intime», l’auteure Marilou Addison a également écrit une série qui se nomme Le Journal de Dylane, qui s’adresse davantage aux jeunes adolescentes.

Une bande dessinée de Michel Falardeau.

(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

Jonathan Després, libraire qui s’intéresse particulièrement à la bande dessinée conseille fortement l’album de Michel Falardeau, L’esprit du camp. Une jeune fille se retrouve forcée par sa mère à travailler dans un camp de jour. Un album très humoristique qui frôle l’univers fantastique.

Le quartier Saint-Roch a également sa bande dessinée, Le Seigneur de Saint-Rock, qui se trouve à être un «espèce de Seigneur des anneaux dans le quartier Saint-Roch», explique M. Després. Le personnage principal est une avocate qui s’adonne à des jeux de rôle grandeur nature (GN).

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *