Culture
15:12 3 octobre 2017 | mise à jour le: 15 novembre 2018 à 18:01 temps de lecture: 3 minutes

Lire, apprendre et s’amuser!

LIVRES. Depuis bientôt dix ans, l’auteure Lina Rousseau raconte aux tout-petits le quotidien de son personnage Galette. Son salaire? «Lorsque des parents et des enseignants m’apprennent que leur enfant s’est mis à aimer la lecture grâce à Galette.»

Mme Rousseau pose avec le toutou de Galette et quelques livres.

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Autre raison pour laquelle son matériel est fort populaire auprès de l’autorité: les valeurs et habiletés transmises dans les pages dévorées par les jeunes.

«Galette apprend notamment à partager, à être autonome et à être persévérant, alors les enfants se disent: ‘‘Si Galette est capable, moi aussi je suis capable’’», raconte l’auteure, qui s’est lancée dans l’écriture après avoir œuvré 27 ans à la Bibliothèque de Charlesbourg où elle a régné à titre de responsable.

Il y a Galette, mais n’oublions pas sa sœur Tartine, «plus jeune et plus coquine». L’autre personnage, Fripon, est voué à prendre plus de place prochainement. Comme son nom l’indique, il est plutôt tannant!

Mme Rousseau s’occupe du texte, mais elle lance de nombreux bouquets de fleurs à Marie-Claude Favreau, son illustratrice. Parole de l’auteure, les deux femmes se complètent à merveille, à un tel point qu’elles ont l’impression «d’être la même personne». Cette complicité, agrémentée d’un brin de folie et d’un énorme talent, donne de beaux résultats.

Au fil des ans, Galette est devenu un bel outil de promotion, en plus d’être une série de livres.

(Photo TC Media – Charles Lalande)

Projet international

En 2008, si quelqu’un avait dit à Lina Rousseau que ses histoires allaient être traduites en anglais, chinois, coréen, espagnol et maltais, jamais elle n’y aurait cru.

Elle est particulièrement fière de la percée espagnole. Elle explique qu’une maison d’édition basée à Madrid, la capitale et la plus grande ville du pays, redistribuera ses bouquins aux quatre coins de l’Espagne, qui compte une population de près de 47 millions de personnes.

«Ça prend de l’ampleur! À la base, j’ai décidé d’écrire pour donner le goût de lire, particulièrement aux garçons, dont la lecture devient plus difficilement un loisir.»

L’auteure travaille de concert avec les enseignants, vérifiant les besoins de ceux-ci. À l’automne, la série J’apprends l’anglais avec Galette prendra place sur les tablettes. Elle espère, ne serait-ce qu’un tout petit peu, contribuer à une prochaine génération bilingue, à laquelle s’ouvriront les portes du monde. 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *